Dans la grande famille des bordeaux, l’appellation supérieur – environ 804 producteurs pour une production moyenne de près de 418 300 hectolitres, soit plus de 65 millions de bouteilles – répond à des critères de qualité stricts afin de proposer une expression optimale du terroir : sélection rigoureuse des cépages issus de vignes anciennes et des meilleures parcelles, vinifications pointues suivies d’un élevage de 9 mois minimum, mise en bouteilles à la propriété (pour 80 % des volumes). Cette exigence donne à ces vins au rapport qualité-prix séduisant toutes les caractéristiques nécessaires à la garde, dans la plus pure tradition bordelaise.
Parmi cette gamme, le titre de “Talent” distingue chaque année les meilleurs représentants de l’appellation dans le nouveau millésime mis sur le marché. Après une première étape à Bordeaux, les lauréats sont sélectionnés pour la finale parisienne qui se déroule dans les règles de la dégustation à l’aveugle par un jury composé de professionnels du vin et de la gastronomie… C’est autour d’un millésime 2012 conjuguant fraîcheur aromatique, équilibre et bon potentiel de vieillissement que cette 16e édition des “Talents des Bordeaux Supérieur” s’est déroulée, le 27 septembre, dans le cadre du Pavillon Ledoyen et de ses jardins. Parmi un bel échantillon de trente vins, dont les prix étaient compris entre 5,70 à 13,50 euros (départ propriété), c’est celui du château Sainte Barbe* qui a eu la préférence du jury. Cinq autres l’accompagnent en tête du palmarès, Château Galand, Château Seguin cuvée Carl, Château La Bure des Moines, Château La Verrière et château Penin les Cailloux.
On en apprendra plus ici sur l’élégante chartreuse classée monument historique édifiée en 1760 par Jean-Baptiste Lynch, un émigré irlandais dont la famille a donné son nom à plusieurs crus classés du Médoc, sur la conduite de ses 30 hectares de vignobles situés sur la rive droite de la Garonne, à Ambès, à une vingtaine de kilomètres au nord de Bordeaux et sur le challenge viticole que se sont fixés Lucy et Antoine Touton lorsqu’ils ont acquis la propriété en 1999. Unanimement salué pour sa qualité, le château Sainte Barbe est la démonstration que sur un terroir modeste comme celui des paluds (argiles et alluvions), il est possible de produire de très bons vins.

* Encépagement : 80 % merlot, 20 % cabernet franc + sauvignon

Production : 30 000 bouteilles
Prix (départ propriété) : 9, 30 euros

LAISSER UN COMMENTAIRE