La sortie de demain

0

Avis aux connaisseurs et futurs amateurs de sauternes, après un élevage de trente mois en barriques et une garde supplémentaire de six mois en bouteilles, le nouveau millésime du château de Fargues sera disponible vente à partir du 13 septembre. Conformément au nouveau mode de mise en marché mis en place par le marquis Alexandre de Lur Saluces et son fils Philippe et consistant à proposer leur sauternes en “livrable” et non plus en “primeur” – ce qui permet aux acheteurs de ne plus avoir à patienter trois ans avant de le découvrir, 9 700 bouteilles seront proposées ainsi que 20 magnums et 5 double-magnums à l’intention des collectionneurs.

Soulignant « l’importance de la famille Lur Saluces dans l’élaboration du vin de Sauternes », l’étiquette du vin de Fargues a été revisitée et la signature “Lur Saluces”, ce gage « d’excellence et d’obstination dans la recherche de qualité », se fait plus visible. La propriété précise que ce fruit de la vendange 2014, « vin frais, dynamique, vif », fait partie des douze meilleurs bordeaux primeurs 2014, avec des notes comprises entre 95 et 98 sur 100*. Nous reproduisons ci-dessous dans son intégralité le commentaire du responsable de production et maître de chai du château de Fargues, François Amirault, à propos de ce millésime d’une grande complexité aromatique :

« Une année de toutes les peurs pour le vigneron, sauvée par une arrière-saison exceptionnellement chaude. La récolte est maigre en quantité mais les moûts embaument magnifiquement le chai de leurs effluves fruités. Château de Fargues 2014 se caractérise par une grande fraîcheur tant au nez qu’en bouche. Le nez attaque sur la pomme pressée, la compote pomme-poire, la poire pochée, suivies par une jolie touche de prune Reine Claude. A cette gamme fruitée s’associent des notes fleuries, fraîches et subtiles qui rappellent le muguet, le tout enveloppé dans une très grande fraîcheur marine. On retrouve également comme à l’habitude, la signature résineuse des jeunes millésimes de Fargues. La bouche, de large amplitude et de grande densité, s’en va toute en fraîcheur, tout comme le nez. On est tout de suite charmé par les zestes d’agrumes et plus particulièrement par la douce amertume du zeste de pamplemousse. On y trouve mêlées, la fraîcheur et l’acidité de la rhubarbe, de l’ananas, du citron confit, mais aussi la douceur de la pêche jaune et juteuse. Plus étonnantes, les notes de fleurs blanches suaves et délicates nous rappellent le jasmin fraîchement cueilli. Puis peu à peu, l’abricot frais vient s’affirmer dans ce parfait équilibre entre sucrosité et acidité. Un vin d’une grande puissance aromatique, d’une densité et tension incomparables. »

*Cavissima, « Les actualités du vin, tout sur les vins primeurs », publié le 4 août 2015. Dégustateurs : Wine Spectator : J. Molesworth ; Wine Advocate : Neal Martin ; La Revue du vin de France : R. Pétronio ; Decanter : Ian d’Agata.)

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE