Margaux, Listrac, Moulis

Vins des membres de l’Union des grands crus dégustés à l’aveugle au château Fourcas-Hosten dans de remarquables conditions de service suivies par des visites dans des crus ne présentant leurs vins qu’à la propriété.
Toujours un peu d’hétérogénéité, mais moins marquée que pour les pessac-léognan et une définition du caractère du millésime plus affirmée : une matière forte, stricte et ferme, donnant parfois un sentiment d’austérité démentie par la fraîcheur des arômes. Deux familles principales dans les vins réussis. Ceux à forte dominante de cabernet, comme durfort-vivens, brane-cantenac ou dauzac ; d’autres avec un moelleux plus accessible donné par des merlots de forte personnalités, comme palmer. Style médocain impeccable pour rauzan-ségla, issan ou boyd-cantenac. Ferrières en grands progrès en matiére de finesse de fruit et de texture. Merveilleuse finesse de tannin pour le grand vin de château-margaux. Et en absolu contraste avec le style du vin dans les années 1980, un pavillon-blanc de pur sauvignon frisant la perfection avec une expression d’une pureté cristalline incroyable.

Sauternes

Seconde dégustation générale au château La Lagune des crus classés de Sauternes dans de parfaites conditions et, évidemment, une impression légèrement différente. Quelques crus volontairement vendangés à moins haute maturité présentaient un équilibre plus précis et un fruité mieux dégagé . Mais les grandes réussites restent les mêmes et leur caractère aussi prometteur. Deux ou trois échantillons moins avancés et non soutirés terminaient sur des amers ou des acides un peu agressifs, mais avec de superbes matières.


LAISSER UN COMMENTAIRE