C’est la seconde fois que j’y vais. Tout a changé. Ou va changer. Engins de chantier, fenêtres percées, poussière sur les chaussures. L’admirable chartreuse n’est qu’un vaste chantier, elle n’est pas au bout de ses peines. Je me souviens y avoir bu du champagne dans une coupe avec madame Gasqueton, une fois, une seule fois, dans ce salon, les tapisseries d’Aubusson, les marqueteries des tables de bridge, les motifs usés des tapis (toute l’histoire est ici, clic). Il y avait aussi le regretté Michel Creignou, drôle et distingué, nous nous étions arrêtés chez un charcutier de Pauillac de sa connaissance pour acheter du grenier médocain. Côté chais, en revanche, tout est en place. Cuvier et chai à barriques (de la place pour plus de mille barriques), nickel. Galerie des vieux millésimes enfermés dans des cellules monacales

Lire la suite ici sur le blog bonvivant

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE