Un effervescent à base de nebbiolo, c’est rare

C’est un vigneron de Serralunga d’Alba, au cœur du Piémont le plus désirable. Il s’appelle Rivetto. Jusqu’ici, je connaissais Giorgio Rivetti à l’enseigne de La Spinetta, de très jolis vins. Là, c’est Rivetto. Il s’avance précédé d’une grosse réputation, mais d’une notoriété toute petite. Un petit tour sur internet m’apprend qu’il se prénomme Enrico. Comme tous les viticulteurs qui cultivent du nebbiolo, à un moment donné, il coupe le bas de la grappe pour concentrer les baies du haut. C’est comme ça que le nebbiolo se porte le mieux, paraît-il. Sûrement puisque c’est le haut de la grappe qui fait le barolo.

Mes magnums (30) : ce provence rouge est une révélation

Château Minuty, cuvée Rouge et Or, côtes-de-provence 2013 Ce qu’il fait là Ce rouge de Provence vient de la presqu’île de Saint-Tropez, deux mots qui rendent le monde extatique à la simple évocation des délices...

French Soul, Oregon Soil

De Vancouver à Portland, le gros avion vole à hauteur des volcans qui défilent dans les hublots. On est au printemps, mais les pentes des grands cônes, ces bizarreries géologiques, sont blanches des neiges éternelles.

Mes magnums (26), le pape des graves

Pape-clément, grand cru classé pessac-léognan rouge 1986 Ce qu’il fait là 1986, millésime de trente ans bientôt, est celui du renouveau du château Pape-Clément. Celui qui signe l’arrivée aux commandes d’un grand propriétaire. Tant il...

Mes magnums (25), un prince argentin

Il arrive de Mendoza au triple galop. Fruit d’un rapprochement entre Terrazas de los Andes et Cheval Blanc à Saint-Émilion, l’idée était d’en faire le premier grand vin argentin. Mais chacun s’efforçant avec la même opiniâtreté, ils sont aujourd’hui quelques-uns dans la course, dont les meilleurs du Clos de Los Siete.

Les (très) vieux millésimes du dîner Bouchard

Chaque fois, c’est la même chose. Ce dîner se tient pendant le week-end de la vente des Hospices de Beaune, aujourd’hui menée par les experts de Christie’s. Et chaque année, ou presque, c’est l’occasion...

Grand Tasting : la onzième fois, c’est comme la première fois

Dix ans et la onzième année. Une décennie a passé et tout recommence, le dixième anniversaire sonnait de belle manière et la fin d’un cycle. Recommencer, donc. Pour la onzième fois. Le Grand Tasting...

EN MAGNUM, voilà le numéro 6. Quoi, déjà ?

Oui, déjà près de 18 mois d’existence pour le magazine de Bettane+Desseauve au succès duquel j’ai le plaisir de contribuer. Après des débuts chaotiques – comme souvent – le magazine a trouvé un tempo...

David Hockney signe l’étiquette de mouton 2014

Chaque millésime du premier cru classé Mouton-Rothschild voit son étiquette recevoir l'œuvre originale d'un artiste de haut niveau. Pour 2014, c'est David Hockney qui met l'étiquette en scène. L'artiste est immense, l'égal de Warhol...

J’ai bu du vin nature au Laurent

C’était mercredi, dans la pâle lumière d’un joli soleil d’hiver qui envahissait la table en jouant avec les nuages. Un déjeuner tout près du bonheur parfait avec notre cher Henry Marionnet, l’un des plus brillants vignerons de France. Il voulait absolument que nous goûtions son vin le plus fou, un gamay en primeur issu de vignes plantées franc de pied (non greffée) et vinifié sans soufre ajouté. Une sorte de course en sac avec un pied attaché dans le dos. Évidemment, si nous sommes là, c’est que Marionnet est sûr de son coup, de sa « grande première mondiale ». Il a tiré 6 000 bouteilles de sa parcelle de 1,3 ha.