Angélique de Lencquesaing, co-fondatrice de iDealwine, la plateforme de vente aux enchères sur internet, réagit aux trois artciles que nous avons publié sur MyBettaneDesseauve.fr :

« Le terme spéculation nous a toujours un peu fait frémir chez iDealwine. En revanche, gérer sa cave et faire les bons choix pour parer éventuellement aux coups durs, c’est un point de vue que tout amateur doit considérer dans ses achats, surtout quand les sommes en jeu commencent à grimper.

Les fonds constituent un moyen intéressant de placer son argent dans le vin quand on n’y connait pas grand-chose et / ou qu’on ne dispose pas de suffisamment de temps pour gérer soi-même son patrimoine-vin. Dans ce cas, il faut choisir ce fond avec soin, et surtout s’assurer de la qualité du gestionnaire du fonds, primordial pour garantir son sérieux et sa pérennité.
Autre impératif : disposer de sommes significatives à placer. Le ticket minimum chez Uzès Grand Cru est fixé à 30 000 €, et il dépasse les 100 000 € chez Nobles Crus. N’oublions pas que sur ces investissements de diversification ce type de placement « plaisir » ne doit pas excéder 10% des sommes à placer.

Pour autant, il est possible d’effectuer ses choix d’achat de vin en prenant en compte les tendances du marché, dans une perspective de placement, sans obligatoirement souscrire à un fonds. Dans ce cas, l’important est de suivre de près les analyses d’iDealwine ☺ (dernier article en date : Les 50 domaines les plus recherchés dans les ventes aux enchères). En ce moment, certes les vins de Bordeaux ont cédé le pas, dans les grandes ventes aux enchères mondiales, aux belles signatures de Bourgogne, dont certaines sont devenues hautement spéculatives. Pour autant, tous les vins de Bordeaux ne sont pas à jeter aux oubliettes. On constate actuellement que les millésimes matures, prêts à boire, sont très activement recherchés. Le signe qu’acheter de belles années de garde, dans des millésimes récents, présente aujourd’hui un réel intérêt à terme dans la mesure où les prix ont baissé ces derniers mois.
Regarder aussi du côté de la vallée du Rhône. Les prix des grandes cuvées de côte-rôtie de chez Guigal n’ont pas bougé depuis longtemps ; le jour où le marché asiatique s’y intéressera, les prix risquent de grimper. A suivre également, les indices WineDex d’iDealwine qui, région par région, retracent chaque mois l’état du marché des grands crus de Bordeaux, de Bourgogne et de la vallée du Rhône. »

Découvrir le site d’iDealwine : www.idealwine.com

Print Friendly, PDF & Email

Warning: mysqli_query(): (HY000/1021): Disk full (/tmp/#sql_1_0.MAI); waiting for someone to free some space... (errno: 28 "No space left on device") in /var/www/html/wp-includes/wp-db.php on line 1924

1 COMMENTAIRE

  1. En attendant, si des fonds d’investissement pouvaient arrêter de spéculer sur les grands vins, ça permettrait peut-être aux amateurs-buveurs de se payer des domaines devenus intouchables. Avec ces histoires d’investissement-spéculation, on est quand même très loin de ce produit comestible et convivial qu’est censé être le vin… 🙁

    • Dany si t’es vraiment amateur, tu trouves moins cher et aussi bon, voire bien meilleur.
      Pourquoi acheter des grands crus Bordelais produits a` 400 000 exemplaires? Ca peut pas etre bon… Si tu cherches une etiquette, c’est autre chose. Laisse les etiquettes a` la mode pour les gogos.

    • Dany si t’es vraiment amateur, tu trouves moins cher et aussi bon, voire bien meilleur que les vins speculatifs supporte’s par une certaine presse.
      Pourquoi par exemple acheter des grands crus Bordelais produits a` 400 000 exemplaires? Ca peut pas etre bon…
      Si tu cherches une etiquette, c’est autre chose. Laisse les etiquettes a` la mode pour les gogos.

    • Cher Buck Danny,
      Ce ne sont pas les fonds d’investissement dédiés aux vins qui sont responsables des prix atteints par certains crus. C’est l’engouement qu’ils provoquent auprès d’une clientèle fortunée et mondiale. Si, tous ensemble, les très grands vins français produisent 2 millions de cols, c’est le bout du monde. Mais il y a plus de dix millions de personnes qui disposent chacune de plus de dix millions de dollars cash. Soit une bouteille tous les cinq ans pour chacun de ses riches amateurs. Alors quoi ? Les prix montent en fonction de l’inexorable loi de l’offre et de la demande et, ce faisant, excluent ceux qui ne peuvent pas ou ne veulent pas dépenser des sommes importantes pour boire un coup avec leurs amis. Les fonds se contentent de surfer sur cette réalité.
      Merci de l’intérêt que vous portez à MyBD
      Nicolas de Rouyn

  2. Décidément, cette série d’articles sur l’investissement en vins reste bien au niveau du “ras de pâquerettes”… Passons sur les erreurs factuelles : le minimum pour investir dans Nobles Crus n’est pas de 100.000 mais de 125.000 eur, minimum requis pour les FIS luxembourgeois, et un fonds UCITS en vins, cela n’existe pas. Le plus important est ailleurs : ces fonds présentent des problèmes de liquidité et de valorisation, qui sont susceptibles d’entraîner de lourdes pertes pour les investisseurs. Lisez donc l’article du Financial Times paru ce week-end sur ce sujet.
    Que celui qui veut investir dans le vin achète des bouteilles (ou dans un domaine s’il est fortuné), c’est la meilleure solution. Car il n’existe pas aujourd’hui d’alternatives valables.

    • Cher Jean-Yves,
      Merci de cette lecture des sujets sur l’investissement Vin. J’en informe immédiatement le journaliste.
      Et merci de l’intérêt que vous portez à MyBD
      Nicolas de Rouyn

  3. A quoi cela sert de publier la pub d’Idéalwine ? Qui s’amuse à mettre en ligne des indices de vin qui ressemblent à s’y méprendre aux graphes du CAC 40 ?
    C’est une démarche extrêmement fallacieuse, car si toutes les actions d’une entreprise cotée sont identiques, et s’échangent sur un marché unique, ce n’est pas le cas des vins. Pour les vins, il y a des bouteilles nickel, d’autres avec un niveau bas, ou une étiquette déchirée, ou une couleur douteuse, ou juste un doute sur la provenance et la qualité de la conservation. Faire une moyenne de tout cela pour en tirer une cote induit le lecteur en erreur.
    De même, le prix export sortie domaine, le prix caviste, le prix restaurant, le prix aux enchères ne sont pas les même. Rien que pour les enchères, le prix sera différent pour une vente de premier plan avec une clientèle mondiale (Christie’s, Acker, Artcurial) et une vente de province, avec une clientèle locale (allez acheter vos Bordeaux à la salle des ventes de Dijon, vous verrez que les prix n’y sont pas les mêmes qu’à Paris)
    Idéalwine donne d’une réalité complexe une image simpliste, donc attractive mais complètement fausse.
    Et si la spéculation se concentre sur quelques noms qui flambent, c’est bien la faute d’Idéalwine qui ne parle pas des autres vins, même s’ils sont bons. Idéal suit et nourrit la spéculation, sans frémir !

    • Cher Phil,
      On ne peut pas taxer de “simpliste” le fait de tirer des statistiques à partir d’infos financières, à savoir les niveaux de prix atteints par une marque (yquem, lafite, etc.) dans les ventes aux enchères. C’est, au contraire, très intéressant pour l’amateur qui souhaite acquérir quelques bouteilles à l’occasion d’une vente de connaître le prix moyen auquel ces bouteilles ont été échangées à Paris, à Dijon ou à Bourbouchon-lès-Craon. L’idée même que cette moyenne existe est une bonne nouvelle et un vrai service.
      Pour le reste, chacun sait que les bouteilles se vendent en l’état, qu’elles sont visibles (ou décrites) avant la vente et que bien malin celui qui peut dire ce qu’il y a pour de vrai dans la bouteille. C’est depuis toujours, et bien avant l’entrée en lice d’iDealWine, le risque couru par l’enchérisseur. Et c’est le jeu.
      Merci de ne pas tout confondre : le texte d’iDealWine n’est pas une pub.
      Merci aussi de l’intérêt que vous portez à MyBD
      Nicolas de Rouyn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.