La mode est aujourd’hui à la minéralité, vaste fourre-tout qui renvoie le vin fruité au cimetière des produits honteux et immoraux. Et avec ce type de vin, le plaisir de boire. Mais Henry Marionnet, assisté de son fils Jean Sébastien, fait heureusement de la résistance et nous régale de vins de soif d’une finesse, d’une pureté de style et d’une digestibilité exemplaires.

Et il travaille sans filet, car rien n’est plus difficile en matière d’élaboration d’un vin que de faire passer dans le vin fini toute la force aromatique du raisin de départ. Sa chance est de cultiver des raisins sur le type de sol qui leur permet d’exprimer sans déperdition le fruité lié à leur patrimoine génétique. Sur les sables solognots, le gamay développe toute la gamme des fruits rouges et noirs ; le sauvignon, celle des agrumes ou des fruits blancs. Et les vignes franches de pied dont il s’est fait une spécialité sont évidemment encore davantage en ligne directe avec les gênes de ces mêmes cépages.

Le fait de ne pas ajouter de soufre à la vendange pour être au plus près du fruit initial l’oblige à une discipline de travail que bien des viticulteurs bobo qui adhèrent aux mêmes principes ne peuvent même pas soupçonner et dont ils auraient pourtant bien besoin. Et le romorantin ? Certes, ce n’est pas par son fruit qu’il brille, mais par la tension en bouche liée à son acidité et par une finale saline venue du fond des sables. Ce couple élan-tension, c’est quand même beaucoup plus séduisant que les réductions de vins vendangés en sous-maturité dont trop de gogos s’entichent en les qualifiant de « minéraux ».

Michel Bettane

Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENTAIRE

  1. merci pour cette analyse lucide et juste comme toujours
    je bois des vins d’Henry Marionnet depuis plus de 15 ans avec toujours le même plaisir dans le fruit dans le jus surtout les 1ere vendanges et les vinifera gamay puis cot depuis moins longtemps..
    le sans souffre et les vignes franches de pieds sont une satisfaction intellectuelle en plus je dirais comme une preuve supplémentaire à la qualité du vinificateur..
    je suis allé une fois chercher des vins au domaine acceil d’Henry Marionnet un dimanche matin pluvieux,un échange simple et sympa on pouvait goûter de tout j’avais bien aimé sa caricature rendant suspect l’homme qui ne boit jamais de vin…et c’est un médecin qui parle!
    cordialement
    erik Lafon en souvenir du “Diner du Siècle” organisé par la RVF pour le passage à l’an 2000 auquel j’ai participé et dont je garde un souvenir ému des plats de Sanderens et de tous ces vins fabuleux jamais regoûtés depuis car mon budget ne me le permet pas….

  2. Bonjour,
    j’ai 2 bouteilles de premières vendanges de Marionnet 2012. Combien de temps faut-il les garder en cave ? Quand sont-elles à leur apogée ?
    Merci

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here