Aux derniers souffles de 2014 et aux premières lampées de 2015, derrière ses lunettes millésimées, Eric Monneret, directeur talentueux du Château La Pointe est un trufficoteur de Pomerol qui pratique le racolage actif. Son nez s’allonge dès qu’on lui susurre dans le creux de l’oreille le mot magique. Avant tout « Merlot la Senteur », il cave avant d’encaver tout en confiant le soin de ses agapes à Philippe Delobel. Ce chef connu des crus les plus veloutés de la Rive droite est le metteur en saveurs à la hauteur des évènements.Pour se mettre en bouche le château-la-pointe 2013 est un pomerol tout en subtilité florale, il sonne juste sur ce millésime. Il vient compléter au plus au niveau le 2012 voluptueux et le 2011 plus en droiture.

Lorsque la tranche de pain de campagne grillée arrive coiffée d’un beurre demi-sel et d’épaisses lamelles de truffe noire, le 1999 plein de charme répond par son soyeux énergique et le 2006 énergique offre de longues tirades à cette amuse truffe.

Plus sensuel, le 2009 enveloppe une pomme de ris de veau piquée à la truffe. On est sur un accord jouant ici sur les textures. Avec le comté et le beurre truffé, on fait donner le 2012 qui apporte sa fraîcheur et sa sève sur le grain du fromage. Ce millésime vaillant convient bien également à la mousse ivoire infusée à la truffe en coque chocolat. La saison du diamant noir qui devrait être excellente va s’emballer dans les prochaines semaines, elle s’annonce échevelée jusqu’en mars.

Bonne année truffière.

 

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.