Pessac-Léognan

Les rouges
Petite déception globale. Six ou sept vins manquent de corps et de suite en bouche malgré des qualités réelles de fruit. Les meilleurs ont une vraie élégance aromatique et un tannin harmonieux de la famille des 1953 ou 1962. Mission et Haut-Brion ont une supériorité éclatante grâce à des merlots exceptionnels. Excellents Domaine de Chevalier, Malartic-Lagravière, La Louvière et Château de France. Charmant Smith-Haut-Lafitte et subtil Carbonnieux.

Les blancs

Pas mon style, trop de copiés collés et une jolie technique au service de vins de nez impotents à table. Beau style à Domaine de Chevalier et Fieuzal et immense et écrasante réussite de Mission et Haut-Brion fondées sur une base dominante de sémillon au contraire des autres.

Sauternes

Difficile et inégal avec, pour les vins décevants, du pourri acide et des amertumes peu élégantes. Les premiers crus classés, en revanche, font un quasi sans faute combinant plénitude de corps, parfum et très grande fraîcheur. Superbes Suduiraut, Sigalas-Rabaud, Coutet et Lafaurie-Peyraguey. Climens avant assemblage avec une formidable pureté dans tous les lots présentés dans l’ordre de leur succession.


Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENTAIRE

    • Les deux échantillons apportés a Picque Caillou n’étaient pas représentatifs avec des faux gouts évidemment non imputables au vin originel. De nombreux avis élogieux sur le vin ďégusté au chateau laissent penser a une grande réussite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.