En Magnum

Fin d’été à Climens


Quintessence de l’appellation barsac « par son équilibre et sa fraîcheur », le vin qui naît sur les terres de Bérénice Lurton « possède également la puissance des plus grands sauternes. » Ici, les murs de pierres sèches rythment les vignes et les enclos qui entourent le château n’ont pas été modifiés depuis des siècles. Entité restée inchangée à l’exception de la révélation toujours plus poussée de son potentiel et de son originalité, une génération de viticulteurs passionnés après l’autre, le vignoble de Climens est le royaume du cépage sémillon. Ces jours-ci, le château, le chai à barriques et la tisanerie de ce domaine conduit en biodynamie s’ouvrent à l’œnotourisme. C’est nouveau et cela se décline sous trois formes.

La découverte de la propriété peut se faire au long d’une visite d’heure et demie ponctuée par une dégustation (A la découverte d’un 1er cru singulier, 15 euros par personne), se déployer en verticale (Apprenti-expert, 60 euros la visite guidée et la dégustation de quatre millésimes accompagnés d’une ardoise gourmande) ou encore faire la part belle aux accords mets-vins dans le décor des salons privés du château (A la table de Climens, 180 euros le déjeuner, en partenariat avec le chef du restaurant Darroze). S’il faut réserver dans tous les cas de figure (en écrivant à : visite@chateau-climens.fr), il faut prévoir de le faire une semaine à l’avance au minimum pour cette dernière proposition.

Photos réalisées par C. Goussard, V. Bengold et F. Nivelle

Quitter la version mobile