Portugal, Italie, Hongrie, Espagne, Argentine et Chili, le concours Prix Plaisir 2019 a aussi récompensé des vins d’ailleurs. Entre « Vieux Continent » et « Nouveau Monde », voici une sélection de vins médaillés pour voyager à un très bon rapport prix plaisir.

Du Douro à la Provence
Quinta do Pessegueiro, Aluzé, douro rouge 2014
C’est qui ?
Roger Zannier, version portugaise. Avant l’aventure provençale, l’homme d’affaires et propriétaire du Château Saint Maur s’est installé dans le Douro, à la tête d’un domaine de trente hectares proche de la ville de Pinhao. Au cœur de la vallée classée au patrimoine de l’Unesco, il signe des vins tranquilles et quelques portos hautement recommandables.
Le terroir ?
Sols de schistes et d’ardoises. 500 mètres d’altitude. Vignes en terrasses. L’influence du fleuve permet aux cépages portugais d’atteindre des maturités optimales tout en gardant une fraîcheur bienvenue chez les meilleurs. Le cuvier moderne et sur plusieurs niveaux, où tout est fait par gravité, permet un respect du fruit et un travail précis.
Le vin ?
Agréable dans son fruit et sa définition de tannins, bien en chair, généreux. Excellente porte d’entrée aux vins secs de la région dans une version accessible et généreuse.
Combien ?
14 euros, médaille d’argent.

Voir Syracuse
Planeta, La Segreta Rosso, sicilia
C’est qui ?
La famille Planeta est liée à l’histoire des vins de Sicile. Avec ses six domaines aux quatre coins de l’île, la famille a contribué à la renommée des vins de la région. C’est aujourd’hui trois cents hectares de vignes partagées entre cépages autochtones (nerelo mascalese, nero d’avola, etc.) et cépages internationaux.
Le terroir ?
Village de Menfi, côte ouest, proche de Marsala. Les Planeta y ont deux vignobles : Ulmo et Maroccoli. À Ulmo, la famille a planté ses premières vignes au 16ème siècle. Elle y a construit un domaine sur les rives du Lac Arancio. Sol crayeux, vents marins. « Segreta », c’est le nom du bois qui entoure le vignoble.
Le vin ?
Un nero d’avola frais et croquant, assemblé avec du merlot, de la syrah et du cabernet franc. Le vin de soif par excellence. Nez épicé, bouche fraîche et fruitée, agréable, portée par une belle tension. Pour toutes les occasions.
Combien ?
12 euros, médaille d’argent.

Dolce vita
Agriverde, Natum, IGT terre-di-chieti-pecorino blanc 2018 bio
C’est qui ?
Une histoire de transmission de père en fils, de paysans attachés à la terre, d’héritage, de fierté et de tradition. La famille des Di Carlo écrit ce roman depuis deux siècles. Elle a propulsé Agriverde sur le devant de la scène quand elle a décidé d’en faire l’un des premiers domaines certifiés bio d’Italie. C’était déjà en 1991. La philosophie n’a pas changé.
Le terroir ?
La réputation des vignobles des Abbruzes reste en-deçà de la place qu’ils mériteraient sur la scène internationale. C’est pourtant le terroir d’excellence du montepulciano (à ne pas confondre avec la ville) et du trebbiano. On y produit aussi quelques IGT (l’équivalent de nos IGP) qui valent le détour.
Le vin ?
Un 100 % pecorino, exposé plein sud à 200 mètres d’altitude, vinifié en cuve inox. Des beaux fruits blancs, des notes citronnées, une belle attaque en bouche. Fin et original.
C’est combien ?
12 euros, médaille d’or.

Halte en Rioja
Bernard Magrez, Marques de Oro, rioja 2017
C’est qui ?
On ne présente plus l’homme. Sa réussite à Bordeaux, sa contribution au vignoble français et ses nombreuses activités philanthropiques ont fait de Bernard Magrez un personnage incontournable. Il a choisi de produire une cuvée dans la Rioja espagnole, là où le cépage tempranillo signe, à l’abri des monts Cantabriques, des vins fins de grande classe.
Le terroir ?
Sans doute la région la plus réputée d’Espagne pour les vins rouges et la seule avec le Priorat à être distinguée DOC, plus haut niveau d’appellation dans le système ibérique. Le tempranillo y est protégé des intempéries par le relief et profite de l’altitude pour garder la fraîcheur de son fruit.
Le vin ?
Beau nez, attaque fondante en bouche, des notes de fruits cuits. La finale est bien droite. Juste ce qu’il faut de puissance. Très réussi.
Combien ?
5,95 euros, médaille d’or.

L’âme hongroise
Disznókő, Tokaji Late Harvest 2016
C’est qui ?
La vision de Christian Seely donne un nouveau souffle aux propriétés d’Axa Millésimes. À Disznókő, le défi était de taille tant la renommée du cru est établie depuis longtemps. Vignoble de 104 hectares d’un seul tenant (ce qui est rare dans la région), on y cultive quatre des six cépages nobles de tokaj :  furmint, hárslevelű, zéta et sárgamuskotály.
Le terroir ?
Hongrie, pays des eaux. La Tisza et la Bodrog, deux rivières, donnent l’humidité et le brouillard. Ce qui permet au botrytis de se développer sur les grappes de furmint, les plus sensibles à la pourriture noble. On y produit le grand tokaj, l’un des vins liquoreux les plus racés de la planète, lumineux et équilibré.
Le vin ?
Ici, c’est un vin de vendange tardive, pas un tokaj. Le raisin est récolté quand les sucres atteignent un niveau de concentration élevé. Un vin étonnant qui apportera de la gaieté en fin de repas, avec un dessert (ou sans d’ailleurs). Bonne introduction aux vins de la maison.
C’est combien ?
15,50 euros, médaille d’or.

Le blanc sec du domaine est également médaillé.

Disznókő, Dry Furmint, Tokaji sec 2017
Original dans ses parfums comme dans son équilibre de bouche, c’est une vraie découverte.
11,80 euros, médaille d’argent

Carnet de voyage
Outre-Rhin
Dr. Loosen, Dr. L, mosel 2017 (Allemagne)
Direction le vignoble de Mosel-Saar-Ruwer et ce riesling demi-sec, complexe et long, avec une bonne fraîcheur, agréable en bouche.
13 euros, médaille d’or

Aux pieds des Andes
Domaine Bousquet, Eva Malbec Bio, mendoza 2017 (Argentine)
Au nez, la puissance des épices. En bouche, une explosion de fruits. Un rouge de malbec parfaitement extrait. Très beau vin.
12 euros, médaille d’or

Bernard Magrez, Bienvenida, mendoza 2018 (Argentine)
Un nez poivré pour ce rouge de la région de Cuyo. Malgré une bouche tannique et structurée, c’est un vin très agréable.
12 euros, médaille de bronze

Bernard Magrez, Maipo Alto, leyenda 2017 (Chili)
Un rouge de la Central Valley, délicat aux parfums de fruits frais, facile à boire, parfait pour ce prix.
7 euros, médaille de bronze

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.