La nouvelle égérie. À table. Turckheim sur son 31. Wine Explorers en magnum. Au cœur du volcan. Chaque jour du nouveau, en voici cinq

La nouvelle égérie

Après dix ans de sommeil en cave, c’est le retour de la cuvée égérie signée par la maison Pannier. Les plus belles parcelles, les meilleures grappes et le savoir-faire du chef de cave Yann Munier sont au rendez-vous de cet assemblage à part égale de chardonnay et de pinot noir complété par une pointe de meunier. Ce champagne, très peu dosée, enchante par sa complexité, sa finesse, son équilibre, sa délicatesse, sa fraîcheur et sa longueur. La cuvée joue, comme d’habitude, dans la cour des grands.

Égérie 2012 de champagne Pannier
96 euros, disponible sur champagnepannier.com

À table

Du 16 au 31 octobre 2021, Ruinart invite à sa table. Deux semaines durant laquelle la maison champenoise ouvre son restaurant éphémère. Au menu, brunchs, dégustations, ateliers et cours de cuisine, échanges avec des chefs et des créateurs culinaires. Parmi eux, Alexandre Gauthier, Antonin Bonnet, Alessandra Montagne, Cathy Paraschiv, Julien Sebbag, Céline Pham ou Valentine Davase, bref, que du beau monde.

Unconventional Restaurant, 36, rue Chévert, 75007 Paris
Réservations : www.ruinart.com

Turckheim sur son 31

C’est la Fashion Week à Paris et c’est aussi la troisième édition de la cuvée Cousu-main, rencontre entre le monde du crémant signé par la cave de Turckheim et celui de la mode avec le créateur William Arlotti qui a dessiné sa robe Blossoming Cachemire, ultra glamour.

Cousu-main, 11 euros sur cave-turckheim.com

Wine Explorers en magnum

Il fallait le talent et l’expérience de Jean-Baptiste Ancelot, fondateur globe-trotter de Wine Explorer, pour dénicher des pépites aux quatre coins de la planète. Pari tenu quatre cuvées servies uniquement en magnum, à l’occasion d’un magnifique dîner dans le somptueux restaurant étoilé Lalique au Château Lafaurie-Peyraguey. Une chance.

115 euros le dîner avec accord mets et vins
lafauriepeyragueylalique.com

Au cœur du volcan

Un clos de 10 hectares divisé en quatre parcelles, un terroir basaltique et argilo-calcaire marneux au cœur d’un cratère endormi, une villa de style Renaissance, des belles chambres d’hôtes, tout ça est né de la volonté sans limite de son propriétaire Pierre Guénant et du savoir-faire de Stéphane Derenoncourt. Côté vin ? Un rouge ample, aux tannins soyeux et qui s’achève sur les fruits des bois. Un blanc ambitieux, gourmand et long en bouche.

Villa Baulieu, 29 euros sur villa-baulieu-vignoble.plugwine.com

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.