Puisque les Primeurs sont très romanesques, voici les commentaires et notes de l’équipe Bettane+Desseauve, sous forme de feuilleton. La série commence par les vins notés de 15 à 16. Demain, les vins notés 16, etc. Une occasion parfaite de se faire une opinion sur la foi de nos dégustations.
Pour mémoire, rappelons que la plupart des gros malins du mondovino classent ce millésime dans la catégorie « sans intérêt ». La question est de préciser : « sans intérêt pour qui ? », pour le spéculateur ? Pour l’amateur ? Nous pensons que des vins bien faits dans un style bordelais classique, dont les apogées ne sont pas à vingt ans, pour des prix en retrait par rapport aux deux millésimes précédents ont de l’intérêt pour celui qui aime le bordeaux. Sous réserve de ne pas se tromper d’adresse. C’est le sens de ce que nous publions à partir d’aujourd’hui.

Château Ampélia – 15-16
Côtes de Castillon
Nez de prune rouge avec un fond épicé, attaque suave avec un toucher de tanin soyeux d’une grande fraîcheur, puis le vin prend de la tension avec un joli fruit derrière.

Château Batailley – 15-16
Pauillac
Vin équilibré mais souffrant ce jour-là d’échantillons moins précis et plus évolués que la moyenne. Au château, en janvier, il affirmait une personnalité prometteuse.

Château Belair-Monange – 15-16
Saint-Émilion grand cru
Fruité souple, élégant mais demi-corps, caractère tendre. La propriété a réalisé un millésime en finesse, mais on peut attendre plus d’intensité d’un tel cru.

Château Bouscaut – 15-16
Pessac-Léognan
Moins de charme aromatique que chez ses pairs et tanin encore un peu rêche : le vin n’est pas au même stade que ses pairs, attendons-le.

Château Cadet-Piola – 15-16
Saint-Émilion grand cru
Volume charnu, avec un fruit discret et salin, un ensemble bien constitué mais encore sévère.

Château Clarisse – 15-16
Puisseguin-Saint-Émilion – Cuvée Vieilles Vignes
On a plus de profondeur sur cette cuvée vieilles vignes. Entrée en bouche douce et suave se développant sur un corps de belle étoffe. Belle finale toujours caressante et pleine de vie aromatique, dans des nuances de fruits noirs et d’épices.

Château Clarisse – 15-16
Puisseguin-Saint-Émilion
Didier Le Calvez, directeur du Bristol, possède 5 hectares sur le secteur et il travaille ses sélections parcellaires. Pour 2011, quatre vendanges bien différenciées ont été nécessaires, et ce sont les cabernets à parfaite maturité qui font la qualité du cru. On sent les rondeurs pulpeuses dès le nez où dominent les fruits noirs et les épices, la bouche est gourmande à souhait avec des tanins juteux, c’est une réussite majeure du secteur.

Château Clément-Pichon – 15-16
Haut-Médoc
Certainement l’un des meilleurs haut-médocs présentés par l’Alliance. Profonde et racée, sa densité sans excès est tenue par de jolis tanins.

Château Clément-Pichon – 15-16
Haut-Médoc
Attaque moelleuse, belle saveur droite, séduisant.

Château Couvent des Jacobins – 15-16
Saint-Émilion grand cru
Dimension svelte et élégante, la fluidité prend le dessus en milieu de bouche, mais l’ensemble est racé.

Château Croix Figeac – 15-16
Saint-Émilion grand cru
Droit, dense, sérieux et de bonne longueur, un volume assez intense et d’une réelle dimension, avec un tanin encore ferme.

Château Grand Barrail Lamarzelle Figeac – 15-16
Saint-Émilion grand cru
De l’éclat et de la profondeur avec une finale encore assez sévère. Beaucoup de trame.

Château Grand Village – 15-16
Bordeaux
Robe assez souple, fruit rouge plutôt vif, bouche allègre, vive et svelte, dans un registre énergique, allonge précise, dans la densité et l’intensité.

Château La Croix Lartigue – 15-16
Côtes de Castillon
Composé de 75 % de merlot et de 25 % de cabernet franc, ce vin séduit par sa cohérence avec une belle continuité entre le nez et la bouche, finale montante au fruité déjà bien dégagé.

Château Dauzac – 15-16
Margaux
Bien construit, moins nuancé que d’autres, tanin ferme, pas encore suffisamment affiné ce qui n’est pas vraiment grave pour un vin commençant à peine son élevage, et c’est bien là la limite de l’exercice de dégustations aussi précoces.

Château Destieux – 15-16
Saint-Émilion grand cru
Très toasté, note fumée également qui s’associe à un fruit savoureux en bouche. Finale à ce stade sur l’amertume.

Château Faurie de Souchard – 15-16
Saint-Émilion grand cru
Fruit brillant, corps svelte et vigoureux, allonge fine, de la personnalité. Bonne réussite.

Château de Ferrand – 15-16
Saint-Émilion grand cru
Il y a un nez profond de fruits noirs frais, avec un tanin ample et énergique.

Château de Ferrand – 15-16
Saint-Émilion grand cru
Solidement constitué, avec une réelle fraîcheur mais aussi des tanins encore sévères et de l’amertume en finale.

Château Ferrière – 15-16
Margaux
Notes fraîches de poivron rouge au nez, ensemble ferme mais plus austère que la moyenne à ce stade, peu charmeur mais rigoureusement construit.

Château Fonroque – 15-16
Saint-Émilion grand cru
Robe souple, vin fluide et d’un caractère très primeur, subtil mais d’une intensité moyenne même si il y a du nerf. La sveltesse et la fraîcheur laissent apparaître à la fois personnalité et potentiel.

Clos Fourtet – 15-16
Saint-Émilion grand cru
Dimension généreusement fruitée jusqu’à quelques notes de confiture. En bouche, volume dense, gourmand, riche et gras, finale encore entêtante.

Château Franc Maillet – 15-16
Pomerol
Séduisant et gourmand, généreusement chocolaté, belle souplesse, une réussite.

G – 15-16
Bordeaux
Gras, souple et serré, avec une vivacité certaine et une intensité supplémentaire, volume racé.

Château Grand Corbin – 15-16
Saint-Émilion grand cru
Robe souple, merlot tendre et assez savoureux, de dimension mesurée mais le vin séduira par son charme précoce.

Grée Laroque – 15-16
Bordeaux
Suave, rond et souple, très brillant.

Clos des Jacobins – 15-16
Saint-Émilion grand cru
Gras et charnu, mais un fruit moyennement expressif. Il y a cependant du volume.

Château La Louvière – 15-16
Pessac-Léognan
Pour le moment, l’austérité native du tanin bloque le vin, mais sa franchise de constitution est évidente.

Château Laniote – 15-16
Saint-Émilion grand cru
Vin de bonne ambition, toast et fruits noirs, volume charnu, de la gourmandise et du tanin, pas une longueur extraordinaire mais incontestablement charnu.

Château Paveil de Luze – 15-16
Margaux
Le souci évident a été de ne pas trop extraire pour capter la margalité du vin. La finale a besoin d’un peu de temps pour s’installer mais les épices la complexifient délicatement dès à présent.

Château Peyrat-Fourthon – 15-16
Haut-Médoc
L’élégance baroque dans un millésime aux tanins parfois jansénistes. La finale florale et fraîche affiche un charme indéniable.

Château Pindefleurs – 15-16
Saint-Émilion grand cru
On joue l’élégance, avec des tanins qui déroulent bien une aromatique florale et épicée.

Château Puygueraud – 15-16
Côtes de Francs
Très bel équilibre, avec un tanin stylé et profond, une tension bien dans le style du millésime, et une belle finale saline.

Château Siaurac – 15-16
Lalande de Pomerol
Jolie matière assez mûre avec du fond, vin sincère travaillé en finesse, c’est une belle réussite.

Château Soleil – 15-16
Puisseguin-Saint-Émilion
Vin gras, généreux et gourmand, au fruit plutôt mûr et à la rondeur suave. Réussi.

Château Valandraud – 15-16
Saint-Émilion grand cru – Cuvée 3 de Valandraud
Souple, frais, fruité sans ostentation, déjà prêt à boire et très savoureux.

Clos Vieux Taillefer – 15-16
Pomerol
Gourmand, gras et souple, une générosité bien construite, avec de la fraîcheur et du volume. Un modèle de vin séduisant et équilibré.

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.