Suite de notre classement des Primeurs 2011. La remontée vers le haut continue. Aujourd’hui, les vins notés de 15,5 à 16. Il est important de comprendre que ces vins, comme ceux que nous avons publiés hier, sont déjà de bons vins. Attention : si certains vins ont deux commentaires, c’est qu’ils ont été goûtés par deux dégustateurs. Aucune raison de privilégier un commentaire plutôt qu’un autre. C’est aussi ça, Bettane+Desseauve.

Château d’Aiguilhe – 16
Côtes de Castillon
Intense et volumineux, belle densité gourmande, petits fruits noirs, cassis mûr, allonge.

Clos du Beau-Père – 16
Pomerol
Onctueux et gras, léger creux mais volume savoureux et gourmand. Belle intensité en finale.

Château Belgrave – 16
Haut-Médoc
Beaucoup de précision et de fraîcheur dans le fruit, tension donnée par une tonique acidité, tanin ferme, un tout petit peu asséchant, ensemble dense, ferme et droit, avec un beau potentiel de garde.

Château Canon-Pécresse – 16
Canon-Fronsac
De la finesse et de la profondeur, belle race. Certainement le meilleur millésime de cette propriété qui possède l’un des meilleurs terroirs du Fronsadais.

Château Cap de Faugères – 16
Côtes de Castillon
Le tanin est long et profond, avec un joli enrobage et une finale sur les fruits noirs et les épices, belle réussite.

Château l’Évêché – 16
Pomerol
Situé pour une partie dans le secteur de Beauregard et l’autre à l’ouest de Cheval Blanc, ce cru offre un nez dense et cendré que l’on retrouve dans une bouche accomplie, avec une jolie finale florale. Ce vin est déjà bien dégagé au niveau aromatique.

Château La Gravière – 16
Lalande de Pomerol
Rond, souple, fruité et floral, assez ample et de belle tenue.

Château Les Cruzelles – 16
Lalande de Pomerol
Volume dense et riche, allonge profonde, de la saveur et de l’intensité. Beau vin construit, allonge énergique et intense.

Château Montlabert – 16
Saint-Émilion grand cru
Gras, ample, riche et gourmand, tanins présents mais sans rudesse, allonge subtile. Une réussite.

Château Samion – 16
Lalande de Pomerol
On sent les rondeurs pulpeuses dès le nez, où domine les fruits noirs, la bouche est gourmande à souhait avec des tanins juteux d’une grande fraîcheur et une finale sur la violette très stylée. Superbe réussite sur le millésime, ce sera une nouvelle fois le rapport qualité-prix du secteur.

Château Corbin – 16
Saint-Émilion grand cru
Droit, finement fruité, pas totalement charmeur car non départi d’une certaine austérité, le vin n’en possède pas moins un vrai potentiel.

Croix de Labrie – 16
Saint-Émilion grand cru
De la sève et une pointe d’amertume, mais volume onctueux. Incontestable réussite.

Château Daugay – 16
Saint-Émilion grand cru
Gras, ample et floral, belle définition généreusement équilibrée, finale avec de la fraîcheur.

Château Fontenil – 16
Fronsac
Distingué, floral et épicé, ce vin est bien dans le millésime, son attaque suave se poursuit dans une bouche qui a juste ce qu’il faut de concentration par rapport à son fruit et surtout une très belle longueur.

Château Gombaude-Guillot – 16
Pomerol
Nez très frais, à la fois sur les fruits noirs et la violette, tanins énergiques d’une belle profondeur.

Château La Gomerie – 16
Saint-Émilion grand cru
Nez délicieux de pivoine et de fruits noirs, la texture en bouche est onctueuse et crémeuse, avec des tanins ronds, juteux et épicés. Ensemble délicieux, charmeur et dense, avec une fin de bouche florale très distinguée. Dans quelques années, ce vin caressera une tourte de faisan aux truffes !

Château Grand-Puy-Ducasse – 16
Pauillac
Arômes racinaires marqués, évoluant en bouche vers le tabac, texture dominée par l’austérité d’un tanin typiquement 2011, moins harmonisé que Meyney mais précis et racé.

Château Haut-Batailley – 16
Pauillac
Un peu moins de vinosité et de complexité que Grand Puy, mais d’une texture plus immédiatement élégante, contredite immédiatement par un tanin strict. Joli vin mais vin d’amateur.

Château Haut-Carles – 16
Fronsac
Volume séveux, grande allonge, assez proche de la personnalité d’un pomerol dans ce millésime, du nerf, réussite majeure du millésime.

Château La Confession – 16
Saint-Émilion grand cru
Déjà très plaisants, les arômes fleurent bon la mûre et les épices douces, la bouche offre des tanins juteux bien proportionnés avec une allonge de belle facture.

Château La Conseillante – 16
Pomerol – Duo de Conseillante
95 % merlot, 20 % de la production du domaine. Fruité assez vif, croquant mais avec une souplesse de texture brillante et une plastique très dynamique. Arômatiquement persistant.

Château La Croix – 16
Pomerol
Gracile et plein de fruits avec des touches de violette, ce vin est charmeur et profond, sensation distinguée en bouche tant l’alcool et le corps sont équilibrés par la fraîcheur du tanin.

Château La Fleur d’Arthus – 16
Saint-Émilion grand cru
De la souplesse dans les tanins avec une belle longueur, il y a de l’enrobage et du charme.

Château La Fleur-Petrus – 16
Pomerol
Rondeur souple, allonge discrète, pas très impressionnant à ce stade mais de la finesse. Allonge fine.

Château La Pointe – 16
Pomerol
Grand charme au nez avec une profondeur de fruits noirs et une délicatesse florale, les tanins sont séducteurs avec un bel enrobage et une fraîcheur savoureuse, belle réussite.

La Providence – 16
Pomerol
Droit, souple, pas ultra démonstratif mais finement construit, sur une allonge en fraîcheur avec un fruit associé à des notes de pivoine et une finale ample et sereine.

Château La Tour Carnet – 16
Haut-Médoc
Forte couleur, dans un millésime qui n’en manque pourtant pas, arômes racinaires, entre l’iris et la truffe, construction précise et ample en bouche, extraction importante, tanin un peu austère.

Château La Tour de By – 16
Médoc
Beau moelleux de texture, aucune agressivité, de la fraîcheur et du style.

Château Lafleur Saint-Jean – 16
Pomerol
Enclave entre Petrus et Lafleur, ce vin se sort encore bien de ce millésime, la bouche a du volume, ses tanins offrent le velouté qu’il faut, on apprécie sa profondeur.

Château Lascombes – 16
Margaux
Original dans le millésime par ses notes de pruneau de haute maturité (certains diront surmaturité) du raisin, texture onctueuse, mais sur cet échantillon un peu de lourdeur en fin de bouche. Il faudra le revoir dans un an.

Château Lassègue – 16
Saint-Émilion grand cru
Vin au tanin jovial, avec de la persistance et un toucher de tanin sensuel et épicé. L’élevage affinera l’ensemble et l’on pourrait surpasser le 2006 aujourd’hui délicieux.

Château Le Chemin – 16
Pomerol
Nez de pivoine et de violette, toucher de tanin soyeux, bouche offrant déjà beaucoup de charme.

Château Le Gay – 16
Pomerol – Manoir de Gay
Gras, gourmand, profond, savoureux, long mais avec un tanin un rien sec à ce stade.

Château Le Gay – 16
Pomerol
Vin droit, allongé, dans la droiture plus que dans l’onctuosité, avec des tanins fins mais sérieux. Longueur sans dureté.

Château Le Prieuré – 16
Saint-Émilion grand cru
Bon volume et bonne sève, arômes de fruits frais, fraîcheur et dimension droite, sérieuse mais juvénile, non sans vigueur. La finale, encore d’un bloc, manque à ce stade de nuances.

Château Léoville-Las Cases – 16
Saint-Julien – Le Petit Lion
Les vignes jeunes de l’enclos ont donné un vin souple mais plus charnu que dans les deux années précédentes et davantage porteur du cachet du terroir. Surveiller les prix de sortie et ne pas hésiter s’ils sont raisonnables.

Château Les Ormes de Pez – 16
Saint-Estèphe
Excellente ampleur de constitution, plus de chair et d’enveloppe que la moyenne du millésime, tanin extrait avec précision et adresse, excellent saint-estèphe.

Château Les Trois Croix – 16
Fronsac
Distingué, floral et épicé, ce vin est bien dans le millésime, son attaque suave se poursuit dans une bouche qui a juste ce qu’il faut de concentration par rapport à son fruit.

Château Moulin Pey-Labrie – 16
Canon-Fronsac
Comme à son habitude, ce vin se montre en grande forme avec un tanin énergique, la bouche offre une réelle profondeur avec une finale juteuse et fraîche.

Château Moulin Saint-Georges – 16
Saint-Émilion grand cru
Volume un peu vif, pas aussi gourmand que dans les millésimes précédents mais c’est fin et racé. Long.

Château du Parc – 16
Saint-Émilion grand cru
Premier millésime réussi d’Alain Raynaud sur sa nouvelle propriété avec ce vin au nez floral sur un fond de fruits noirs, joli toucher de tanins soyeux en attaque, bouche crémeuse longue et dynamique.

Château de Pez – 16
Saint-Estèphe
Beaux arômes vanillés, avec une touche de moka, jolie prise de bois, corps équilibré, tanin soigné, excellente impression d’ensemble.

Château La Rousselle – 16
Fronsac
Fraîcheur de fruits noirs au nez et épices annonçant de la profondeur, la silhouette élancée du vin, sa suavité raffinée et sa finale menthée lui donnent déjà beaucoup de charme.

Saintayme – 16
Saint-Émilion grand cru
Joli fruit framboisé, bouche dense mais sans raideur, allonge fine et fraîche, beau style.

Château Sansonnet – 16
Saint-Émilion grand cru
On apprécie l’élégance, avec des tanins soyeux d’une grande harmonie. Ce vin mérite la plus grande attention, on savait que depuis 2010, ce cru changeait de dimension, le 2011 confirme cette dynamique.

Château Simard – 16
Saint-Émilion grand cru – Haut-Simard
Tendre et souple mais avec de la fraîcheur et un beau tanin fin, allonge subtile, du volume.

Château Siran – 16
Margaux
Vin complet, à la fois bien charpenté, solidement planté sur des tanins fermes mais frais et élégant dans ses arômes, avec une fin de bouche subtile, dédiée au connaisseur.

Château Sociando-Mallet – 16
Haut-Médoc
Vin étoffé et plein, style médocain affirmé avec des notes de cèdre et de tabac, tanin racé. Le vin ne rivalisera pas avec les dix meilleurs crus classés du millésime ou sa réussite de 2010, mais il semble plus équilibré qu’en 2009.

Château du Tertre – 16
Margaux
Certains échantillons se montraient trop réduits, d’autres affirmaient une délicatesse aromatique parfaitement margalaise, dans un ensemble plus léger et discret que Giscours, ce qui sera parfait pour attendre ce dernier.

Établissements Thunevin – 16
Bordeaux – Bad Boy
Gourmand, généreux, raffiné et frais, grand équilibre fin, brillant.

Établissements Thunevin – 16
Lalande de Pomerol – Domaine des Sabines
Grand charme chocolaté et onctueux, grand équilibre musclé.

Vieux Château Saint-André – 16
Montagne-Saint-Émilion
Jef Berrouet suit de la plus belle des façons la philosophie de son père Jean-Claude, avec un millésime haute couture, pour sa fraîcheur de fruit, sa profondeur effilée, et une aromatique déclinant la pivoine, la guimauve avec un soupçon de poivre gris. Le tanin se révèle d’une subtilité confondante qui surpasse dans son équilibre et son raffinement tous les vins du secteur. Ce sera un achat prioritaire pour l’amateur.

Château Vieux Maillet – 16
Pomerol
Nez sur des touches florales, tanins savoureux avec un grain fin, on a de la longueur, une texture bien tenue et de la gourmandise, avec ce qu’il faut de plénitude.

Château Beauregard – 15,5-16
Pomerol
Nez floral, attaque souple, tanins déjà bien en place, un grand classique du secteur, particulièrement bien équilibré grâce à de beaux cabernets.

Château Branas Grand Poujeaux – 15,5 -16
Moulis
Notes de cèdre au nez, texture dense et serrée, tanin un brin austère, de la classe mais moins de velouté que Poujeaux.

Château Chasse-Spleen – 15,5-16
Moulis
Extraction plus poussée, avec une pointe de lourdeur en fin de bouche mais belle texture et certainement beaucoup de potentiel au vieillissement.

Château Fourcas-Borie – 15,5-16
Listrac-Médoc
Du beau merlot, souple, charnu, frais et élégant, mais avec l’envers de cette séduction immédiate, un déficit en complexité dans le soutien tannique.

Château Vignot – 15,5-16
Saint-Émilion grand cru
Beaucoup de souplesse, onctueux, et fin, joli vin avec une vraie qualité de tanins, pas de raideur et une vraie profondeur. Il y a de la suavité.

Clos Floridène – 15,5-16
Graves
L’élégance habituelle du cru est au rendez-vous en 2011. La précision du fruit, la minéralité, la texture ample, la délicieuse fraîcheur et l’équilibre caractérisent cette belle bouteille.

Château Fourcas-Hosten – 15,5-16
Listrac-Médoc
Robe bleu noir, texture plus aboutie et plus proche de l’idéal, raisin mûr, bonne complexité aromatique, vin de caractère.

Château Hostens-Picant – 15,5-16
Sainte-Foy-Bordeaux – Cuvée Lucullus
Les 40 % de cabernet franc apportent une belle ossature, avec du fond et un joli fruit.

Château Hostens-Picant – 15,5-16
Sainte-Foy-Bordeaux
Riche et gras, long et suave, belle définition.

Château Lanessan – 15,5-16
Haut-Médoc
Adroitement vinifié et porteur de tanins bien plus affinés que la moyenne, joli fruit, complexité digne d’un cru classé, il confirme le redressement du cru.

Château Langoa-Barton – 15,5-16
Saint-Julien
Sur l’échantillon présenté, le tanin était encore assez agressif et le potentiel aromatique insuffisant pour l’équilibrer. Le vin ne semble pas encore pleinement formé. Attendons encore un an pour le juger plus sereinement.

Château de la Rivière – 15,5-16
Fronsac
Voilà un vin qui donne le tempo du millésime, avec ses flaveurs de fruits noirs et son charme tannique bien tenu, c’est déjà bon.

Château de la Rivière – 15,5-16
Fronsac – Aria
Plein de fruits, ce vin joue les charmeurs, sa texture veloutée et bien enrobée ajoute au plaisir, la densité du corps est bien équilibrée par la fraîcheur du tanin.

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.