Trois. Bien différents. Un Vina Tondonia 1996, ce blanc qui fait irrésistiblement penser à un jura, un château-chalon, ce genre de suavité fumée et on se disait qu’il avait la vie devant lui. Un vega-sicilia unico 2000, trop jeune dans son soyeux, la trame serrée pour une ampleur immense, le fruit explosif, cette finale d’opéra, un très grand vin, bien sûr, très rare aussi. Merci à Stephen de ce beau cadeau qui suivait un clos-des-goisses 2002, le beau champagne de Charles Philipponnat, une dentelle trop jeune aussi. Tout ceci précédait un saumur-brézé 2008 de chez Guiberteau, parfait dans sa jeune tension…Lire la suite

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.