Chairman Mao sur une étiquette, c’est un peu comme si un producteur ukrainien mettait Staline sur les siennes. Émotion mondialisée, cris et chuchotements, scandales. La Chine, pays de tous les possibles, empire de l’ambiguïté, n’a rompu avec rien et surtout pas avec le souvenir de Mao Ze Dong. Pour balayer devant sa porte, la Chine s’est payée la Bande des quatre, qui a réglé une addition stratosphérique. Mao, lui et à la différence de Staline, conserve une image à peu près intacte dans la population chinoise. Nous-mêmes n’avons nous pas affiché sur nos murs et nos étagères statuettes et posters ? Un temps que les moins de vingt ans, etc. Eux, ils continuent, mais avec le Che, autre tortionnaire cynique….lire la suite

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.