Comme toujours, François Mauss accueille chacun à l’entrée de la Villa d’Este, à la descente de la Maserati Gran Turismo qui nous a exfiltré de l’aéroport, le pilote (à ce niveau, ce n’est plus un chauffeur) a fait vite, mais on ne dit pas combien. En pleine forme, minci, bonne mine, Mauss fait plaisir à voir, la bonne humeur est un cadeau.
L’hélicoptère d’un participant se pose sur les pelouses, ce n’est même pas un vacarme, surtout pas une surprise. Le Riva d’un autre s’arrache du ponton avec quelques invités à bord, le gros bourdon du V8 américain s’estompe déjà. À déjeuner, un Pin 06 de La Spinetta nous a enchanté, mais son propriétaire Giorgio Rivetti, s’est excusé, il est à San Francisco, il ne viendra pas. Dommage, j’avais gardé un bon souvenir de ma visite dans son Piémont de ce garçon vif et tonique, nous avions goûté deux ou trois vieux millésimes de sa production au Ciaù del Tornavento, le restaurant mythique de Treiso, juste au-dessus de Barbaresco…lire la suite

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.