Les vignerons indépendants en ont assez. Les volumes de l’année 2012 ont été faibles, les aléas climatiques de 2013 ont été particulièrement difficile, et leur fragilité économique ne leur permet pas de supporter une nouvelle charge. Celle qui est censé entrer en vigueur le 1er janvier prochain, écotaxe qui devra être acquittée par l’ensemble des entreprises de transport qui font circuler des camions de plus de 3,5 t sur les autoroutes et routes nationales non payantes et certaines départementales, va les concerner tout particulièrement du fait de leur implantation géographique souvent éloignée des autoroutes à péages et voies ferrées. 


Devant cette hausse importante du coût du transport dans un contexte de ralentissement économique, Michel Issaly, président de la Confédération des vignerons indépendants de France est intervenu. « Nos entreprises sont extrêmement fragiles et l’augmentation de charges sur nos exploitations, outre le fait que cela ne fait que renforcer la perte de compétitivité que nous subissons déjà, nous obligera à réduire encore nos marges déjà très faibles. » Parce qu’il n’est pas non plus envisageable de répercuter ces coûts supplémentaires sur les prix de vente, il a demandé instamment au gouvernement d’ouvrir le champ de l’exonération à la viticulture qui fait face, comme tous les secteurs agricoles, à une forte volatilité des prix et à une concurrence internationale accrue.

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here