louisjadot
Rêves de l’âge d’or du duché de Bourgogne, souvenirs du temps du duc Philippe et du chancelier Rolin,
le projet né des échanges entre le photographe Ferrante Ferranti et l’historien de l’art Gaël Favier s’installe jusqu’à dimanche dans la cuverie de la Maison Louis Jadot, à Beaune. Parti pris novateur, ce discours amoureux entre photographies contemporaines et sculptures religieuses du XIVe au XVIIe siècle, chefs d’oeuvres régionaux ou européens confiés par les galeries Antoine Boccador (Paris) et Michel Descours (Lyon), est présenté à même les foudres pour un hommage au patrimoine bourguignon dont le parfum des grands crus issus des climats fait partie.

La « cuverie des rouges » présente 34 photographies. Lieux, vues éloignées ou détails choisis dans une perspective de lumière créant une promenade depuis la collégiale de Beaune à la cathédrale d’Autun en passant par des villages oubliés du regard d’artistes internationaux. Les sculptures répondent à ce décor par leur expression et leur iconographie, Vierge en majesté attribuée à Niccolo Giolfino (Vérone, 1470-1480) placée sur un piédestal à trois mètres de hauteur, Madone bourguignonne du début du XVIe siècle dont l’enfant offre au monde une grappe de raisins ou encore une pleurante en marbre de la fin du XVe siècle rappelant le fastes des tombeaux de Jean sans Peur et de Marguerite de Bavière. La « cuverie des blancs », présente 13 photographies anthologiques de Ferrante Ferranti exposées récemment à Paris, à la Maison européenne de la photographie et au Petit Palais,
dans le cadre de l’exposition Dieu(x) Mode d’Emploi. L’ensemble des oeuvres est proposé à la vente.
Entrée : 7 € (un verre de vin est offert). Horaires : 12 h-19 h.

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.