Gevrey-Chambertin

Avec ses 86 hectares, l’ensemble des vingt-six premiers crus de Gevrey-Chambertin est fort proche en superficie de celui des grands crus. Encore une fois, ce n’est rien par rapport à la production mondiale, mais ce rien fait plus parler de lui depuis des siècles que des millions d’hectolitres de vins interchangeables.

Au passage, versons une larme amère sur chaque bouteille sans caractère ou, pire encore, médiocre ou mauvaise à cause de l’incompétence de producteurs indignes du patrimoine qu’ils ont la fabuleuse chance de posséder.

Aucun de ces premiers crus, pas même le clos Saint-Jacques, de loin le plus estimé de tous et à juste titre, n’a pourtant acquis la célébrité des lieux-dits les plus prestigieux de la côte de Nuits et les prix de vente, bien qu’élevés, ne sont donc jamais spéculatifs. Il est donc toujours possible pour l’amateur français de se procurer quelques bouteilles de ces vins rares et magnifiques.

Si la bande des grands crus est d’un seul tenant, les premiers crus sont dispersés sur l’ensemble de l’aire de l’appellation Gevrey-Chambertin de la limite de la commune de Morey-Saint-Denis à celle de Brochon.

Pour en faciliter la compréhension, on peut les diviser en trois sous-ensembles du sud au nord. Au sud, un premier groupe borde les grands crus dont il forme en quelque sorte le piémont. Il regroupe les Combottes, à la limite de Morey, Bel-Air au dessus du chambertin puis, en dessous de Chapelle et Mazis-Chambertin, Petite Chapelle, en-Ergot, Cherbaude, clos-Prieur, la-Perrière et au-Closeau. Tous ces crus donnent des vins distingués, plus souples et plus vite prêts à boire que les grands crus.

Le second, au centre du village, s’étend sur un cône de déjection issu des terres de la combe d’Orveau : les vins ont un peu moins de personnalité et se font encore plus vite en bouteille, mais leur bouquet ravit lorsqu’on sait les vinifier. Il s’agit des Corbeaux, du Fonteny (de loin le plus racé d’entre eux), de Champonnet, des Craipillots, des Issarts, du clos du Chapître.

Le troisième regroupe tous les crus de la combe d’Orveau au nord du village, sur des sols en général assez riches en argile, ce qui explique leur supplément de corps et leur longévité. Quand un heureux hasard crée une exposition un peu plus parfaite comme c’est le cas pour le clos Saint-Jacques, des Estournelles et la plus grande partie des Cazetiers, des Lavaux et de la Combe-aux-Moines, le vin peut atteindre la dimension d’un grand cru.

Pour la Romanée, les Verroilles, le Poissenot, les Goulots et les Champeaux il faut travailler un peu plus la vigne pour obtenir une qualité de maturité identique, mais le résultat est presque comparable dans les mains d’un vigneron adroit et consciencieux. Michel Bettane

Liste des premiers crus de Gevrey-Chambertin :
Bel Air
Les Cazetiers
Champeaux
Champonnet
Cherbaudes
Clos du Chapître
Au Closeau
Combe aux Moines
Aux Combottes
Les Corbeaux
Craipillot
Etournelle (ou Estournelles) Saint-Jacques
Fonteny et clos du Fonteny (ou Fontenys)
Les Goulots
Lavaux-Saint-Jacques
La Perrière
Petits Cazetiers
Plantigone ou Issart
Poissenot
Clos Prieur (Haut)
Romanée
Clos Saint Jacques

Crédit photo : BIVB/Muzard J.P.

Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENTAIRE

  1. Cherbaudes, Craipillot, Champonets sont installés sur les colluvions du cône de déjection (ou cône de colluvions) de la Combe Lavaux, enrichie des combes Chaudron et combe Bossière, et non de la Combe d’orveau qui sest située à cheval sur les communes de Chambolle et de Flagey.

    Fontenys et Issarts sont déjà sur le début du coteau des Grands Crus, sauf le bas de Fontenys

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here