Ce climat est le seul classé en grand cru du village et, à juste titre, pour ses blancs. La pente souvent très accentuée, le sol marneux et l’exposition plus froide, tournant progressivement jusqu’à l’ouest, semblent en effet idéalement adaptés au chardonnay pour peu qu’on retarde un peu les vendanges. La viticulture y est très pénible en raison de l’érosion permanente des sols après les orages et de la nécessité de construire et d’entretenir de nombreux murs de soutènement. Par ailleurs, il est dangereux d’utiliser les tracteurs et de nombreux travaux se font à la main et, hélas, aussi en utilisant des désherbants chimiques même si les produits actuels sont moins violents que naguère. Le vin s’y montre plus longiligne, plus svelte, plus intensément minéral que “le” charlemagne d’Aloxe, un peu plus acide en année froide, mais avec une finesse considérable et inégalée. Il lui faut pas mal de temps pour s’ouvrir, mais alors quel régal.

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.