Les régions viticoles de Bordeaux, de Bourgogne, de Chablis, mais aussi du comté de Santa Barbara, en Californie, sont les plus récents signataires d’une déclaration jointe dont le but est de garantir et protéger la notion d’origine des vins. Linda Reiff, présidente de Napa Valley Vintners, l’un des signataires-fondateurs de cette Joint Declaration to Protect Wine Place & Origin créée en 2005 et désormais portée par dix-neuf régions*, estime que « l’attention portée à la protection de ces origines a vraiment pris son envol au cours des dernières années et l’arrivée de régions importantes ne fait que la renforcer. » Le fait que ces régions soient en concurrence n’empêche en rien cette volonté de prise de position commune « pour montrer que la protection de l’origine est dans l’intérêt de tous, du consommateur notamment. »

Une vision que partage André Ségala directeur général du Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB). « Nous sommes fiers de l’histoire et de l’identité liées à la viticulture de notre région. Ce qui nous distingue des autres, c’est notre ADN. La concurrence mondiale est féroce, mais nous continuons à accroître la visibilité de nos vins. La protection des origines est essentielle pour garantir l’authenticité du produit que nous partageons avec les consommateurs. » En signant cette déclaration, les membres conviennent et acceptent que la mention de l’origine sur l’étiquette est un outil fondamental qui aide et protège le consommateur, un signe distinctif, associé à un pays, à une région viticole particulière. Les signataires s’engagent à travailler ensemble pour sensibiliser la population et défendre la nécessité du respect et de la protection des origines des vins.

Des représentants des régions signataires participent cette semaine en Champagne (également région fondatrice de la déclaration) à des réunions de coordination avec les autres membres, accompagnant ainsi l’élan mondial important autour de la notion d’origine et d’un étiquetage des vins précis et juste. Récemment, le Canada a actualisé ses lois, exigeant notamment que les vins étiquetés “champagne” proviennent vraiment de Champagne, France. En 2013, les délégués commerciaux chinois ont officiellement reconnu les noms Napa Valley et Champagne, interdisant leur utilisation abusive en Chine. Pour Fabien Bova, directeur général du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux (CIVB), l’évolution et la croissance des marchés du vin reposent sur la protection des mentions d’origine, d’autant plus que les consommateurs sont de plus en plus instruits. « Les étiquettes doivent refléter les véritables régions dont les vins sont originaires. Les consommateurs ne doivent pas être trompés.»

* Bordeaux, Bourgogne, Chablis, Champagne, Chianti Classico, Jerez-Xérès-Sherry, Long Island, Napa Valley, Oregon, Paso Robles, Porto, Rioja, Comté de Santa Barbara, Comté de Sonoma, Victoria, Tokaj, Walla Walla Valley, Etat de Washington, Willamette Valley, Australie occidentale. Lire ici le texte intégral de la déclaration.

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here