Désormais, des vins de tout âge et de toute valeur voyagent sans cesse à travers le monde, parfois soumis à des conditions de transport ou de stockage dont ni les domaines, ni les consommateurs n’ont connaissance. Lorsque le vin est soumis à des températures élevées, au-delà de 25°, les réactions chimiques auxquels il est naturellement soumis s’accélèrent, dégradant ainsi sa qualité (arômes, robe) autant que sa capacité à vieillir. Pour pallier ces risques, eProvenance, une société franco-américaine fondée en 2007 par Eric Vogt a développé un système de caisses intelligentes qui ne rompt jamais le lien vertueux qui va du producteur au consommateur. Dotées d’un capteur, elles permettent la géolocalisation des vins et le suivi de la température et de l’humidité tout au long du transport et du stockage des bouteilles.

Implantée aux Etats-Unis, à Bordeaux et Paris (créé en 2008, eProvenance France est dirigée par Bertrand Dechery) ainsi qu’à Hong-Kong, cette société dont la vocation « est d’aider chaque acteur de la filière à préserver les qualités organoleptiques du vin afin d’apporter l’excellence jusqu’au consommateur » a relevé et analysé 900 000 données de températures pendant cinq ans, sur plus de 3 000 expéditions. Déjà détentrice du brevet américain 8,248,254 B2, « procédés et systèmes de provenance de certification des boissons alcooliques », la société eProvenance a d’autres brevets en attente, pour des technologies mises en place à toutes les étapes de la chaîne de distribution. La technologie de ces caisses intelligentes (capteurs RFID-NFC combinés à un portail web) a été partiellement financée par Oséo, agence française de l’innovation.

Parmi les exemples de corrections en temps réel permises par cette transmission en live de ce qui se joue dans les caisses de vin, la société cite le cas d’un marchand londonien qui s’est aperçu, lors d’une livraison au japon, que la climatisation des camions n’étaient pas mise en marche, manquement qu’il a pu immédiatement réparer. Ou encore le changement de transporteur d’un négociant bourguignon qui a découvert que ses containers réfrigérés à destination de la Nouvelle Zélande n’étaient pas branchés durant les deux mois du voyage. Parmi les nombreux adeptes de ces caisses intelligentes, à Bordeaux, en Bourgogne, dans la Napa Valley, à Hong Kong ou à Londres, on trouve Laurent Ponsot (Domaines Ponsot) qui détaille dans cette vidéo, avec interventions de smartphone, leur intérêt à court et long terme, pour les producteurs comme pour leurs clients.

Source : eProvenance
Source : eProvenance
Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here