Concours de Mâcon

La soixantième édition du concours des grands vins de France de Mâcon réunira ce week-end plus de
2 000 jurés dans la « capitale » de la Bourgogne du Sud. Venus de toute l’Europe (17 pays représentés), ils se partageront la dégustation d’environ 10 000 échantillons afin de désigner ceux qui, à l’œil, au nez, au palais, leur auront procuré les plaisirs les plus vifs. Cette compétition de haut niveau, dont les médailles sont une reconnaissance qui valorise les vignerons et leurs vins, accueille des productions AOP de toutes les régions viticoles de France. Le macaron apposé sur les bouteilles sélectionnées (plus de 40 millions en 2012) permet aux consommateurs de les distinguer lors de leur achat chez un caviste ou en moyenne et grande surface. Le concours est ouvert au grand public, tout comme le salon des vins tout proche est ouvert aux dégustateurs.

L’art du mélange

La troisième édition du « Paris Cocktail Festival », un événement gratuit ouvert aux professionnels et aux amateurs qui a lieu sur invitation (pour s’inscrire, c’est ici), se tiendra dimanche de 12 h à 18 h 30 au même endroit que l’année dernière, dans les salles 100 % éco-responsables du 8 Valois, tout près du Louvre et du Palais Royal. Pour rendre hommage à l’art du cocktail, né aux Etats-Unis au début du XIXe – première mention dans la presse en 1806 – et importé en France à la fin du même siècle, une expo présentera une sélection de pièces de collection témoignant de la transmission, orale puis écrite, des règles du mélange. cocktail©ParisCocktailFestival Outre différents ateliers et conférences, le festival accueillera la finale des Trophées du bar, un concours réservé aux barmen de France et de Monaco. Initié en 2003 dans le but de promouvoir les métiers du bar, il a été conçu – tout comme ce festival parisien – par Fernando Castellon, également auteur du Larousse des Cocktails et fondateur du magazine Ginger (trimestriel dédié à l’art de vivre autour du cocktail).


lLeRouge&leBlanc
30 ans d’indépendance
« Être au plus près du vin, avec un mélange – le plus juste possible – de passion dans l’approche et d’esprit critique dans l’analyse, en toute indépendance, sans complaisance injustifiable ni agressivité injustifiée », c’est ainsi que se présentait la revue LeRouge&leBlanc lors de sa création, en novembre 1983. Dimanche, pour fêter ses trente ans d’existence, à un rythme trimestriel, sans que jamais n’intervienne la publicité, LeRouge&leBlanc a invité trente vignerons de la « nouvelle génération », porteurs d’une nouvelle approche de la viticulture dans leurs appellations respectives (leur liste est ), pour une rencontre-dégustation qui se tiendra de 11 h à 18 h à la Cartonnerie (12, rue Deguerry 75011 Paris).


Samedi soir en Bourgogne

Domaine de 11 hectares situé au cœur du vignoble bourguignon de Santenay, le château de la Crée poursuit ses très artistiques propositions œnotouristiques avec un récital de piano assorti d’un dîner gastronomique accordé à des grands crus de Bourgogne. Demain soir, la jeune pianiste roumaine Carmen Guivelic jouera Mozart, Beethoven et Listz (le programme complet est ) pendant que le chef bourguignon Thomas Le Courbe préparera son hommage à Auguste Escoffier (1846-1935),LaCréechef cuisinier et auteur culinaire français le plus célèbre de son temps. Côté vins, se succéderont un santenay 1er cru “Beauregard” 2008, un chassagne-montrachet 1er cru “Morgeot” 2009, un santenay “Clos de la Confrérie” Monopole 2010 et un volnay 1er cru “Clos des Angles” 2007. 129 € la soirée, plus de renseignements ici.

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here