Co-propriétaire de quelques-uns des fleurons de la Rive gauche, dont Lynch-Bages à Pauillac, elle est la première de la famille Cazes à acquérir un grand cru classé de la Rive droite. Elle explique son choix, la preuve par 9.

5 bonnes raisons d’avoir acheté château Chauvin ?
– « C’est une propriété superbe, de bonne taille pour Saint-Émilion (15 hectares) sur un terroir de qualité dans le secteur des Corbin. »
– « C’est un château de belle réputation et dont les vins sont bien notés, qui a fait ses preuves sur certains grands millésimes en particulier. »
– « Il a été très bien entretenu pendant 20 ans, pas toujours dans la facilité et sans beaucoup de moyens par les sœurs Ondet (Béatrice à la vigne, Marie-France au chai), qui l’avaient hérité de leur père. Elles y ont mis énormément de cœur, de soin et d’exigence. »
– « C’est un château que l’on peut faire progresser, un vin dont on peut améliorer la définition. J’ai confié la direction technique de la propriété à Philippe Moureau, un des meilleurs pros de Bordeaux, qui a travaillé avec moi à Pichon-Longueville Comtesse de Lalande et au château de Pez. L’équipe reste en place. »
– « C’est un château discret, à l’image des soeurs Ondet. Pas de maison de maître, pas de grand raout, pas de communication. Tout est dans le vin. Il faut lui donner la notoriété qu’il mérite, les marchés qui vont avec, étrangers notamment. Et là, je peux apporter ma vision ».

3 bonnes raisons d’avoir investi Rive droite ?
– « C’est complémentaire aux activités familiales Rive gauche où nous sommes propriétaires de Lynch Bages, Ormes de Pez et Villa Bel-Air. Mais Chauvin est indépendant des Domaines Jean-Michel Cazes. »
– « Je cherchais à Saint-Émilion depuis longtemps. Saint-Émilion possède un patrimoine exceptionnel et recèle encore des pépites. »
– « C’est un coup de cœur pour l’endroit. À Chauvin, on est au cœur de l’appellation. De là, on aperçoit les clochers de Saint-Émilion, Pomerol, Néac, Montagne…. »

1 bonne raison de se lancer « en solo », sans l’appui des Domaines Jean-Michel Cazes ?
– « Je prépare l’avenir. Mes deux fils Pierre et François, ma fille Julie et moi-même sommes co-propriétaires de Chauvin. Ma fille m’y rejoint – elle vient de passer sa thèse de doctorat en chirurgie dentaire mais a décidé de se consacrer à la viticulture – et c’est un immense plaisir pour moi. Deux femmes succèdent ainsi à deux femmes, ça me plaît. »

Propos recueillis par Anne Dupin

*Sylvie Cazes est co-propriétaire et présidente du conseil de surveillance des Domaines Jean-Michel Cazes, gère le restaurant Le Chapon Fin à Bordeaux et l’agence réceptive Bordeaux Saveurs. Elle est également présidente du Fonds de dotation de la Cité des Civilisations du Vin qui ouvrira à Bordeaux en 2016.

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.