L’enseigne de grande distribution souhaite utiliser les termes « origine et qualité » sur certains de ses produits, que ceux-ci soient ou non déjà dotés de signes officiels garantissant leur origine et leur qualité. L’Institut national de l’origine et de la qualité considère que les termes « origine et qualité » sont de nature à induire une confusion pour le consommateur. Après plusieurs semaines passées a essayer de trouver un compromis sur les conditions d’utilisation de ces termes comme nouvelle marque de distributeur du groupe Carrefour, aucune solution satisfaisante n’a pu être trouvée. En effet, seuls les produits sous signes officiels de qualité et d’origine doivent pouvoir être identifiés par ces termes et une utilisation hors de ce cadre se traduirait par une confusion propre à détruire les décennies de travail des différentes filières engagées dans ce dispositif.  

Présentes au sein de l’INAO, ces dernières ont unanimement exprimé leur désaccord avec la démarche du groupe Carrefour, vécue à la fois comme « une tentative d’usurpation d’une notoriété construite par les produits sous signes officiels d’origine et de qualité (AOP, IGP, labels rouges, spécialités traditionnelles garanties, produits AB) et comme une atteinte à la politique publique mise en œuvre dans le cadre de l’INAO. » Soucieux de protéger la démarche officielle, engagée à l’initiative du monde viticole il y a près d’un siècle et encadrée par des réglementations publiques nationales et souvent européennes, l’INAO « doit protéger cet acquis stratégique pour l’agriculture et pour les consommateurs. » Sa légitimité à défendre sur les marchés mondiaux l’authenticité des productions agricoles et agroalimentaires identifiées par un signe officiel lui impose de réagir sur le marché intérieur. Ayant toujours recherché toutes les voies possibles pour défendre cette politique, l’INAO est conduit aujourd’hui à engager une procédure judiciaire.

Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENTAIRE

  1. INAO c’est bien, mais la qualité c’est mieux.
    la France se meurt de toutes les normes,lois ,décrets.
    nous sommes au 21 eme siecle et les ronds-de -cuir npus étouffent.
    les vignerons veulent travailler et leur renomee est leur responsabilité.
    et ceux qui fabriquent de la m…. disparaiteront, meme s’ils ont “acheté” leur label aupres de l’INAO

    • Quelle réponse idiote… Et totalement hors sujet.
      Les appellations sont là pour attester d’une origine et non de la qualité. Il y a de tout dans une AOC… Du bon et du mauvais. La question est de savoir si Carrefour pourra vendre du Camembert qui vient de Roumanie en indiquant “origine et qualité” ce qui trompera le consommateur qui lira origine contrôlée…
      Et je ne parlerai même pas de l’affirmation totalement gratuite et infondée comme quoi on achete son label…ridicule.

    • Totalement d’accord avec Olivier, commentaire truffé d’inexactitudes.
      L’AOC atteste que les caractéristiques d’un produit sont liées aux caractéristiques de la zone géographique dont il est issu. Pour la qualité, c’est le label rouge.
      D’autre part, trop facile d’invoquer la contrainte normative nationale: la réglementation française viticole coexiste avec des textes européens sur le vin depuis les années 1960 ! C’est l’organisation commune du marché viticole de 2008 qui a organisé la segmentation des vins AOP(AOC)/IGP(vins de pays)/vins sans indication géographique (ex-vins de table)

  2. Le but de carrefour, et de la grande distribution en général, est de nous vendre des imitations et des sous produits maquillés en produits de qualités.Ce n’est que sous la contrainte qu’ils améliorent leur offre.
    Leur rêve Un grand cru château Californie AOC.

  3. Effectivement navrants commentaires de ce monsieur
    Mais il peut se réjouir les normes et les ronds de cuirs n ont pas fait encore mourir sa bêtise.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.