A l’heure où les châteaux Belgrave et Reysson, grand cru classé et cru bourgeois du Haut-Médoc, ouvrent le ban des vendanges en rouge, Patrick Jestin, président des Vignobles Dourthe, et Frédéric Bonnaffous, directeur, font un premier point.

La cueillette du merlot a commencé sur de très jeunes vignes le 25 septembre avant de reprendre le 29. « Les baies ont de jolis équilibres sucre-acidité et de belles concentrations en couleur et tannins. Elles ont également un potentiel aromatique intéressant que le rafraîchissement des températures depuis huit jours a permis de préserver. La météo semble nous accompagner. Le vignoble est sain, nous ne sommes donc pas pressés et les vendangeurs ne ramasseront que les parcelles, ou micro-parcelles, à parfaite maturité », annonce Frédéric Bonnaffous.

Patrick Jestin dit comprendre le soulagement des équipes en ce début de récolte. « Ce n’était pas gagné pour les rouges à la fin du mois d’août, les conditions humides et fraîches de l’été ayant été beaucoup plus propices à la pousse de la vigne et à l’agressivité du mildiou qu’à la maturation du fruit. Nous avons été tenaces, travaillant sans relâche dans le vignoble. » Frédéric Bonnafous évoque un vrai marathon, exigeant « tout à la fois. » Fréquents rognages, prévention des maladies, effeuillages, suppression des entre-cœurs, entretien des sols. « On est maintenant récompensé de l’avoir fait. »

Heureusement, le mois de septembre s’est fait complice. « 29 septembre, voilà un mois que la météo est avec nous » se réjouit Patrick Jestin. « Forts ensoleillements pour l’enrichissement en couleur et en sucre, ce qu’il faut de vent pour rafraîchir et aérer, des températures estivales accélérant la dégradation des acidités, de bonnes amplitudes thermiques jour-nuit pour la richesse aromatique et, surtout, une pluviométrie quasi inexistante. Tout ceci a contribué à une accélération de la maturation du raisin, dans un vignoble sain. »

La cartographie très précise des parcelles de chacune des propriétés constitue un outil précieux pour l’organisation des vendanges. En Médoc, « la pluviométrie estivale a été moindre que dans les autres régions, les parcelles de merlot présentent donc une maturité plus avancée », explique Frédéric Bonnaffous. Le château La Garde (Pessac-Léognan) devrait voir ses chais s’animer à nouveau ces jours-ci, la récolte des blancs ayant été achevée la semaine dernière. Château Rahoul (Graves) devrait suivre. Pour la Rive droite, plus à l’est, rien ne devrait débuter avant la  semaine prochaine.

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here