Vendanges – minutieuses ! – chez Egly-Ouriet à Ambonnay.


Vendanges 2014 : le tour de France de Michel Bettane


Deux à trois semaines de temps parfait, et vraiment somptueux vers le milieu du mois ont permis pour les vignobles centraux de la Marne mais aussi de l’Aube de récolter en volume plus que convenable (12 à 15 000 kilos/ha) des raisins tournant autour de 10° de moyenne, avec des acidités bien marquées, mais sans le caractère excessif de celles de 1996. Le point fort sera sans doute le chardonnay, malgré quelques précipitations habituelles dans les vendanges, le plus souvent dans les meilleurs crus, et un niveau de culture, disons-le, largement perfectible pour une large majorité du vignoble. Les pinots noirs étaient sains, bien équilibré et parfois somptueux comme dans la Montagne de Reims (Verzenay/Mailly au niveau de réussite des plus grands millésimes), ou du côté d’Ay et Ambonnay, où le niveau de viticulture est bien plus élevé que dans la côte des blancs. Ici ou là quelques foyers de pourriture acide ou quelques vignes ravagées par le mildiou mosaïque nécessitaient un tri bien plus important du raisin. On regrettera qu’il ne soit pas toujours fait par des apporteurs de raisins trop gâtés et qui trouvent hélas toujours preneurs de leur camelote quand des acheteurs sérieux la refusent. Le résultat est plus inégal en pinot meunier avec des foyers de pourriture acide plus importants dus à des attaques de drosophiles et insectes volants piquant les raisins, un vrai fléau qui devra faire réfléchir les chefs de culture locaux. Tout laisse à penser qu’une bonne proportion de la récolte sera millésimée.

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.