Depuis le temps, depuis l’étiquette au V de la victoire en 1945, on a fini par trouver ça normal. Il se trouve que ça ne l’est pas. Sur la période, la somme d’œuvres imprimées sur les étiquettes du premier cru de Mouton-Rothschild est impressionnante. Elle est généreuse aussi et visionnaire, une sorte de survol bien vu des secousses artistiques du temps, sans beaucoup d’équivalent. On ne parle pas de démocratisation de l’art contemporain…

lire la suite ici sur le blog bonvivant


Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.