D’un passage dans le nouveau château Soutard à Saint-Émilion, j’ai retenu quelques bonnes leçons à méditer, particulièrement sur la capacité d’un terroir à se relever de tout. Mais ce n’est pas ce qui m’amène.
Nous étions convoqué par Bertrand de Villaine, le patron de Soutard, pour goûter une verticale de 34 millésimes entre 1916 et 1986. Parmi lesquels, nous attendaient quelques très grandes bouteilles, un magnum de 1947, par exemple, et d’autres encore. Il y avait là quelques fines lames de la dégustation, dont Thierry Desseauve. Intelligemment, nous avons remonté le siècle en partant du plus ancien, 1916…

lire la suite ici sur le blog bonvivant


Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.