Comme on n’est jamais à l’abri d’un pisse-froid ici ou là, voilà que dans le délicieux village viticole d’Orschwihr en Alsace, un néo-rural (depuis vingt ans quand même) découvre que le cheval de ses voisins produit un crottin dont l’odeur le dérange et que ce même cheval s’accompagne de mouches dont certaines viendraient s’intéresser à son assiette de munster. Non ? Des mouches à la campagne ? Un scandale. Et voilà le zozo en route vers le tribunal pour y porter sa plainte, tenter de faire valoir ses droits, dont ceux de ses narines. Que dit le voisinage ? Il dit que ce monsieur et sa digne épouse se sont déjà fait connaître pour n’être pas d’accord avec les cloches de l’église qui sonnent, qui donnent l’heure, et la demie, et qu’enfin, ce monsieur ne s’accommode pas de la vie rurale comme elle est depuis des temps immémoriaux. Grand bien lui fasse, mais ailleurs. C’est comme si, moi, le Parisien, je me plaignais en justice du passage et des pollutions y afférentes des véhicules à essence qui encombrent ma rue. Au-delà de la moquerie, le problème est multiple.

Lire la suite ici sur le blog bonvivant

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.