Jean d’Arthuys a 52 ans. Il est un Bordelais reconverti, sa famille est du Gers. Il adore les grands vins de Bordeaux, il avoue une faiblesse pour les cigales et le soleil de la Méditerranée. Il a toujours passé ses vacances sur la Côte. Quand l’occasion s’est présentée, il a volé au secours de la famille Delille et acquis la moitié des parts du domaine de terrebrune, grandissime bandol. Pas le plus connnu.

Vous n’êtes pas le premier grand patron à vous vous intéresser au vignoble français. D’où vous vient ce goût pour le vin ?
Moi, c’est mon père. Il nous a toujours fait goûter des grands vins en nous disant que c’était un peu de la France, de son terroir, du travail des hommes. J’ai toujours vu le vin comme un sujet quotidien pour les hommes et les femmes. Cela contribue au bien-être de la vie et au génie français. C’est ce qui lui donne, plus que jamais, son ivresse nécessaire. J’ai sillonné la France, la Bourgogne, le Bordelais. J’ai visité plus d’une centaine de domaines et j’ai toujours rêvé d’apprendre aux côtés des vignerons à faire des grands vins. Quand je dirigeais les Girondins de Bordeaux, je vivais quotidiennement avec des grands hommes du vignoble comme Jean-Louis Triaud ou Jean-Michel Cazes. Je me suis aussi promené dans d’autres régions comme le Beaujolais, la Corse ou la Savoie et je suis tombé amoureux du mourvèdre, de la Provence. Bandol est exceptionnel. Un choc aromatique pour moi. Un vin de terroir, c’est la traduction du goût de la terre et de l’endroit, du goût du lieu. À Terrebrune et dans d’autres domaines de Bandol, le mourvèdre traduit très bien ce lieu et cette Provence extraordinaire. Il y a les notes de garrigue, le vin est animal, sanguin. J’ai beaucoup apprécié cet endroit et, petit à petit, j’ai discuté avec la famille Delille. Le père était un pionnier arrivé en 1960. Il a construit des restanques et planté du mourvèdre. Son fils Reynald a pris la suite et a fait de très grands vins pendant trente ans. C’est lui qui m’a accueilli quand la situation a obligé la famille à vouloir transmettre. Depuis, il m’apprend à travailler le mourvèdre dans l’optique d’en faire d’un grand vin rouge de garde.

Lire la suite ici sur le blog bonvivant

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.