Concours international des vins bios, les résultats


0

Véritable vitrine de la viticulture bio, le concours Amphore créé en 1996 par le journaliste et auteur Pierre Guigui porte uniquement sur les vins issus de propriétés menées en agriculture biologique ou en biodynamie, certifiée et en cours de conversion. La 21e édition de cette compétition indépendante, reconnue par les instances professionnelles concernées, parrainée par l’humoriste Marc Jolivet et le sommelier Philippe Faure-Brac et accompagnée cette année par le chef Nicolas Pourcheresse, invité d’honneur, a permis à 180 jurés, tous professionnels du vin, de déguster 740 vins. 



A l’issue de cette session, « la plus importante dégustation de vins bio et en conversion de Paris », ces cavistes, sommeliers, œnologues, courtiers, restaurateurs, journalistes, blogueurs, venus de Bretagne, de Bourgogne, de Bordeaux, de la vallée du Rhône, mais aussi d’Allemagne, d’Italie, d’Angleterre, de Chine et du Japon ont décerné 236 médailles (31 % des vins présentés ont été récompensés). Si la majorité des vins inscrits provenaient du vignoble français (561 en tout), d’autres représentaient la production bio d’Italie, d’Autriche, d’Allemagne, du Portugal, d’Espagne ou encore du Maroc.



Lors de l’annonce de ses résultats 2017, à découvrir en cliquant , le concours Amphore a précisé qu’« une flopée de vignerons en devenir, de jeunes talent, emboîtent le pas aux quelques belles têtes d’affiches de la bio aujourd’hui reconnues. » Parmi les médaillés d’or, le “prix Nicolas Pourcheresse” distingue en rouge le châteauneuf-du-pape 2015 du domaine de Beaurenard et en blanc l’alsace grand cru Riesling Grafenreben 2013 du domaine Bott-Geyl et le Riesling Eiswein – Stettener Stein, VDP Grosse Lage – QbA, vin de Franconie (Allemagne) du domaine Weingut am Stein. On retrouvera ces vins aux côtés des autres lauréats distingués cette année dans le Guide Amphore des vins bios qui relaie désormais les résultats du concours, nous vous avions annoncé sa parution ici.

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE