Et voici un nouvel épisode de nos télé-aventures chinoises. Aujourd’hui, « Qu’il est beau, mon château ». Non, ce n’est pas un énième avatar de DisneyWorld. C’est la culture du vin telle qu’elle comprise en Chine. Des châteaux gigantesques à côte desquels même Versailles fait un peu pavillon de banlieue.
Une démesure toute statutaire destinée à faire comprendre au passant à qui il a affaire.
Ce qui marche aussi avec le paysan, la méthode vient de loin. Partout, tout le temps, il a été question d’impressionner le manant. C’est vrai des temples grecs, des châteaux-forts, des cathédrales. Et c’est vrai de ces châteaux chinois, bien sûr.
Qu’ils le sachent, nous sommes très impressionnés. Bon, on ricane un peu, mais c’est de dépit, sûrement. Aura-t-on encore envie d’aller visiter Château Lafite, cette masure, ou le microscopique
Château Margaux ?

Extraordinaire paysage qui fait penser aux contreforts de la Cordillère des Andes, vers Mendoza.
Comme quoi, l’inspiration vient de partout. L’usine en bas, c’est la winery.

Le château Han-Sen et son miroir d’eau. C’est beau, non ?


Lui, il s’appelle Château Saint-Louis Ding.
Avec ses proportions européennes, on y croirait presque.

Cette drôle de gare de province, c’est le Château Bacchus

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.