Les premiers crus classés « B »

  • Indiscutables : parmi les treize crus consacrés en 2006, outre les déjà cités Pavie et Angélus, quatre nous paraissent d’une régularité sans faille depuis près de vingt ans. Le très racé Figeac, le généreux Beauséjour-Bécot et les brillantissimes Pavie-Macquin et Troplong-Mondot. On peut ajouter à ces intouchables cinq autres qui ne manquent pas d’atouts malgré quelques faiblesses : Clos-Fourtet, Canon et Trotte-Vieille, tous trois impeccables depuis le début de ce siècle après une longue période plus irrégulière, La-Gaffelière, jamais au plus haut mais toujours très bon, et Bélair-Monange, voisin de Ausone qui s’appuie lui aussi sur un terroir exceptionnel.
    Du côté de ceux qui ne sont actuellement pas premiers mais mériteraient amplement de l’être, trois noms s’imposent à notre avis : Canon-La-Gaffelière, mené de main de maitre depuis plus de 30 ans par Stephan Von Neipperg, l’ancien « vin de garage » Château Valandraud, créé au début des années 90 mais devenu un cru respectable de vingt hectares, et le génial Tertre-Roteboeuf, artistiquement réalisé par François Mitjaville et au plus haut de son appellation depuis un bon quart de siècle au moins.
  • Challengers : Beauséjour (appelé aussi Beauséjour-Duffau-Lagarosse ) nous a régulièrement déçu jusqu’au millésime 2009 où, désormais mené par la paire à succès Stéphane Derenoncourt – Nicolas Thienpont (également en charge entre autres de Pavie-Macquin et Larcis-Ducasse), il a aligné successivement trois magnifiques réussites. Parmi les classés qui pourraient espérer monter, trois crus disposant d’un terroir de premier ordre nous ont impressionnés : L’Arrosée (depuis 2004), Larcis-Ducasse et Pavie-Decesse (autre cru de Gérard Perse).
  • Déclassé : bien que très bien situé et appartenant à l’une des grandes familles du Libournais, les Moueix, le délicat Magdelaine ne nous a jamais paru à la hauteur de son immense potentiel. Un déclassement réveillerait certainement cette belle endormie.

Cet article a été publié sous une forme différente dans le Hors-série Vin de L’Express daté juin-juillet 2012, en vente chez votre marchand de journaux.

Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENTAIRE

  1. Ce n’est plus un secret à St Emilion de dire que Canon La Gaffelière monte : il n’a pas reçu de lettre 🙂

    Idem pour Valandraud.

    Et certainement le cas pour Pavie-Decesse, quoique là, je n’ai pas d’info.

    A fond les manettes pour Clos Fourtet : un vrai grand vin !

    Et sans oublier Fleur Cardinale ni Fombrauge !

    Figeac devrait y rester quand bien même chacun sait que dans les dégustations, son style toujours dans le norme Manoncourt, n’est pas à classer dans les “modernes”.

    Et comme il fallait 10 millésimes à présenter…

    Mais Figeac a d’autres atouts !

    Tertre Roteboeuf : autant que je sache, il n’a pas présenté de dossier. S’il l’a fait, bien évidemment il mérite plus que largement d’être dans les “premiers”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.