On continue, en direct des domaines et avec des textes signés de leurs propriétaires, le tour des vignobles à l’heure des vendanges 2012, grâce à Vignobles & Signatures (plus d’infos sur cette association ci-dessous et aussi ici).

« Le domaine du Grand Veneur d’Alain Jaume & Fils a été déclaré «futur star» par Robert Parker en 2007.
C’est à la main que les vendangeurs récoltent les fruits de ces 78 hectares menés en bio et labellisés par Ecocert. Deux parcelles de viognier (soit 1,5 ha) ont été vendangées le 23 août et une troisième (2 ha) le 29 août, toujours
le matin de 7 à 11 heures. L’état sanitaire était parfait et l’on a constaté sur les grappes quelques baies de couleur “violette”, une coloration pelliculaire due à une super concentration en sucre et à un début de flétrissement.
Juillet et août ont été relativement secs sur le secteur de Châteauneuf-du-Pape. Quasiment pas une pluie en 2 mois. Nous attendions avec impatience un peu d’eau fraîche venue du ciel, mais “sans les glaçons” si possible ! Nos voeux ont été exaucés le 29 août avec un orage et 40 mm de pluie très bénéfiques qui ont permis une hydratation de la plante et le maintien de l’activité photosynthétique des feuilles. Idéal pour les rouges qui devraient continuer
à accumuler des composés phénoliques en quantité et surtout diffuser en cuves des tanins soyeux et bien mûrs. Le vrai départ des vendanges a eu lieu hier, mercredi 12, avec les syrahs de notre côtes-du-rhône Les Champauvins, situées sur un plateau argilo-caillouteux en bordure directe de l’AOC Châteauneuf-du-Pape. Lors du premier contrôle de maturité de ces parcelles au 25 août, nous avions constaté une bonne accumulation des sucres, mais les raisins n’étaient pas encore mûrs. Grâce à la pluie, l’accumulation des sucres a progressé plus lentement et, presque trois semaines plus tard, les raisins sont parfaitement noirs. La dégustation des pellicules des baies témoigne d’une maturité aboutie. L’équipe ira ensuite à Lirac, au Clos de Sixte, pour y récolter 8 hectares de syrah. Les parcelles de grenache du châteauneuf-du-pape Grand Veneur seront vraisemblablement récoltées autour du 20 septembre et celles de mourvèdre (Les Origines et Vieilles Vignes) à la fin du mois. Une excellente qualité de vendanges en perspective, à condition que la météo reste favorable… Comme toujours ! »

« En 1978, entre le pic Saint-Loup et le mont Hortus, sur des pentes d’éboulis, Marie-Thérèse et Jean Orliac
ont créé un domaine sur des terres abandonnées, là où il n’y avait plus rien, sauf des paysages sublimes (voir photo ci-dessus). Le vide permet l’innovation. Maison et cave en bois ont été inventées pour eux par une sœur architecte. Aujourd’hui, les vendangeurs auront le choix entre ce domaine pionnier et le vignoble du Clos Prieur situé à 25 km de là dans le vieux village de Saint-Jean-de-Buèges, au pied du Larzac. Les quatre enfants Orliac, Marie, François, Yves et Martin, vont les accueillir pour la récolte de ce millésime qui a connu un hiver très sec avec une vague de froid très intense qui a engendré un débourrement tardif (10 à 15 jours de retards selon les secteurs). Malgré un printemps pluvieux, la floraison s’est réalisée pour le mieux, en particulier pour les blancs et la syrah, laissant espérer une récolte sur pied normale. Ce ne sera malheureusement pas le cas pour les grenaches et mourvèdres, pour lesquels la récolte s’annonce beaucoup plus petite après un mois d’août chaud et sec qui a accéléré la maturité des baies avec des chutes importantes et rapides de l’acide malique. Les vendanges ont débuté il y a quinze jours pour le muscat et le viognier, avec un léger retard (4/5 jours) par rapport à une année
dite normale, retard qui semble se confirmer aussi sur les autres cépages. Les premiers moûts se caractérisent
par de faibles teneurs en sucre et des acidités moyennes. Enfin un millésime qui s’annonce avec des degrés raisonnables, il devrait être très digeste ! »


« C’est en labourant à cheval, à 12 ans, les vignes d’un voisin que Pierre Gaillard s’est pris de passion pour le vignoble. Dans son sillage, il y a aujourd’hui toute la famille. Pascale, son épouse, et leurs trois enfants, Elise, Jeanne et Pierre-Antoine. Et différents vignobles. Les vendangeurs sont conviés au domaine Madeloc à Banyuls-sur-Mer, au domaine Cottebrune à Faugères, en Languedoc, et sur les pentes de Malleval dans les Côtes du Rhône du nord. A Banyuls-sur-Mer, sous la direction d’Elise, les vendanges ont commencé le 18 août par les blancs. La météo cafouilleuse du début de saison, et sa pluviométrie importante, a entraîné des incidents au niveau de la floraison et la récolte s’annonce hétérogène et petite en volume. La fin de saison très chaude et très ensoleillée a, dans la plupart des cas, homogénéisé les qualités et le millésime s’annonce plutôt bon à l’exception de quelques incidents d’échaudage, le passage du temps humide aux fortes chaleurs ayant été violent. A Faugères, la récolte dirigée par Maxime Sécher, assisté de Pierre-Antoine Gaillard, a démarré le 4 septembre avec les blancs. Là aussi, la météo du printemps a engendré une petite récolte en volume, mais elle semble ici beaucoup plus régulière et d’un très bon niveau qualitatif, en blanc comme en rouge. Pour finir, au nord de la Vallée du Rhône, Pierre Gaillard et sa fille Jeanne sont d’accord pour dire que le début de saison a été très compliqué, avec des alternances de temps chaud et froid et une pluviométrie beaucoup plus fréquente et importante que la normale. Ce mauvais temps a perturbé le potentiel d’une récolte qui s’annonce hétérogène. Malgré leur vigilance, la forte pression des maladies de la vigne (mildiou et oïdium) a plus ou moins affecté certains secteurs et entraîné, outre de nouvelles pertes de récolte, un état sanitaire qui n’est pas aussi parfait qu’ils l’auraient souhaité. Le beau temps revenu début août a cependant assaini la situation dans l’ensemble et permet d’espérer de nouveau un beau millésime. La météo des prochains jours sera déterminante. »


*Association fondée il y a 28 ans et fondée sur la solidarité entre vignerons et l’amour du travail bien fait. Depuis janvier 2012, Vignobles & Signatures compte 17 vignobles, des entités familiales leaders dans leurs appellations. C’est l’une des plus importantes forces économiques du vignoble français avec 1 620 hectares de vignes, 12 338 000 bouteilles, 410 salariés, et un chiffre d’affaires de 76 900 000 euros.

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.