Question 1. Comment peut-on fêter le beaujolais nouveau, le troisième jeudi de novembre, à Paris aussi bien qu’à New-York ? Réponse. C’est Haropa qui s’y colle. Vous voilà bien avancés, me direz-vous. Tout va s’éclairer quand je vous aurais dit que ce mot étrange – formé avec les mots Havre, Rouen et Paris, qui veut aussi dire « Harbours of Paris » – est celui du premier port mondial pour l’exportation de vins et spiritueux (55 entrepôts de stockage des vins et alcools, 2,6 millions de m2 d’espaces de stockage et de transit, conteneurs spécifiques, facilités administratives
et douanières, le tout sous certification ISO 28 000 de l’autorité portuaire havraise). Le directeur commercial du port
du Havre, Hervé Cornède, indique que « l’opération beaujolais nouveau impose à tous les acteurs de la chaîne une logistique sophistiquée dans laquelle Haropa constitue un maillon fort. ». Ce que confirme Philippe Georges, le directeur général pour la France de Giorgio Gori, transporteur-logisticien qui a obtenu pour la quatrième année consécutive l’exclusivité du marché des vins Georges Duboeuf. « Le temps de transit très court, la qualité et la fiabilité des prestations logistiques et portuaires, ainsi que les partenariats que nous entretenons avec de nombreux armateurs présents justifient notre fidélité. » Dès le 17 octobre, 1,75 millions de bouteilles ont été acheminées depuis les entrepôts Georges Duboeuf à Romanèche-Thorins (Saône et Loire) jusqu’au port du Havre, 80 % par rail (ce sont les « wine shuttles ») et 20% par la route. Le 29 octobre, entreposées dans pas moins de 125 conteneurs, elles ont rejoint New-York où les opérations de déchargement se sont achevées le 8 novembre. « En cette période d’activité maritime déjà tendue en raison des fêtes de Thanksgiving et de Noël, nous nous félicitons d’avoir rempli une nouvelle fois notre obligation de résultat. » D’autant que le défi a été particulièrement difficile à relever en raison de la décidément très capricieuse météo de 2012. Vendanges très tardives en France, certes, mais aussi ouragan Sandy aux Etats-Unis.

Question 2. Quel bois pour quel vin ? Réponse ce jeudi 29 à Bordeaux, lors de la conférence sur le thème de l’élevage sous bois que tiendront conjointement les tonneliers de France (Fédération Française de la Tonnellerie) et l’Institut Français de la vigne et du vin au salon Vinitech-Sifel 2012 dans le cadre du colloque Mondiaviti. La filière bois, le vin au contact du bois, la composition et la qualité des bois de chêne et leurs conséquence sur la qualité des vins, la sécurité sanitaire, l’hygiène des barriques ou encore le bilan-carbone de la filière sont au menu de cet événement. A l’issue des différentes interventions, qui dureront toute la matinée, la Fédération Française de la Tonnellerie procédera au tirage au sort du gagnant du quizz sur la tonnellerie qu’elle a proposé à ses adhérents. Le vainqueur se verra remettre un fût composé de douelles et pièces de fonds fournies par chacune des tonnelleries adhérentes. Un objet unique, donc, frappé du logo des Tonneliers de France, fait pour élever une très belle cuvée.

Question 3. Comment fait-on quand même de la publicité pour le vin dans un pays qui ne l’autorise pas ?
Réponse .



Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.