« Dès le mois de juin et les premiers dossiers, nous avions interpellé la commission sur toutes les incohérences de la procédure, et nous l’avons refait après l’annonce du classement. Nous voulions vraiment que les choses soient remises à plat avant la signature du ministre, pour faire réviser le classement et non l’annuler. » Après avoir été à l’origine de l’annulation du classement de Saint-Emilion de 2006, le château Croque-Michotte, qui se confie ici à la rédaction de Terre de Vins, conteste la validité de celui qui a été promulgué par l’INAO en septembre dernier et officialisé par le ministère de l’Agriculture début novembre. Croque-Michotte a pris la responsabilité de déposer un recours fin décembre devant le tribunal administratif de Bordeaux. Le classement 2012, invalidé ? On le saura à la fin du long feuilleton judiciaire qui s’annonce. Les enjeux sont considérables. Le résumé de l’intrigue et des épisodes à venir est à lire ici.

Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.