C’est parti pour la quatrième édition de l’opération consistant à proposer des grands vins de Bordeaux au restaurant, « dans des millésimes prêts à boire et à prix doux » (nous vous avions tout expliqué ). Cette année, plus d’une vingtaine d’adresses parisiennes joue le jeu de « Carte sur Table » jusqu’au 15 décembre, du bistrot à l’étoilé (liste des restaurants ici). Parmi les quatorze grands crus proposés, on notera la présence d’Yquem 1996 qui sera disponible au verre (35 €). C’est inédit et c’est possible grâce au système Coravin dont nous vous avions parlé .
©CartesurTable2014-2
Directrice générale de Duclot La Vinicole, partenaire de cet événement fonctionnant avec l’accord et l’appui de toute la filière, Ariane Khaida explique que « la finalité de cette opération, qui remporte de plus en plus de succès, tant auprès des propriétaires bordelais et des restaurants que des consommateurs, est que les grands bordeaux retrouvent la place qu’ils méritent et leur capital séduction sur quelques-unes des plus belles tables parisiennes. »

Un avis partagé par Jean-Charles Cazes (Château Lynch-Bages), qui participe à l’opération depuis trois ans et se déclare ravi de ce partenariat. « Carte sur Table permet de remettre Bordeaux à l’honneur à Paris et de montrer nos grands vins dans des millésimes prêts à boire. Ce n’est pas si facile de trouver sur les cartes des vins à leur plénitude. »

Carte sur Table 2014, les millésimes à découvrir :


« 1996, pour le plus ancien (Château d’Yquem). 1998, un grand millésime à Bordeaux avec Château L’Evangile. 1999, dans ce magnifique domaine qu’est le château Léoville Las Cases. 2000, l’année mythique des trois zéros en Lynch-Bages, un millésime qui est à parfaite maturité avec un équilibre idéal entre fruit et puissance, une belle fraîcheur et une très grande persistance. 2001, délicieux, tout en finesse, à boire maintenant (Château Calon-Ségur, en magnum). 2003, puissance et solaire (Château Mouton Rothschild en bouteille et Château Giscours en magnum). 2005, en blanc, à boire maintenant, vins très ronds et mûrs (Château Pape Clément). 2005 en saint-estèphe, puissant et équilibré (Château Lafon-Rochet). 2007, des vins très droits qui sont aujourd’hui très agréables à boire (châteaux Smith Haut Lafitte et Figeac). Château Cheval Blanc en 2008, c’est toujours l’équilibre entre la puissance et la finesse qui caractérise ce grand vin. »

Crédits photos : ©Carte sur Table.

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here