A une exception près, Bordeaux a pris l’habitude depuis plus d’un demi-siècle de produire de très grands vins dans les années se terminant par le chiffre cinq. En dégustant aujourd’hui de grands 1955, 1975, 1985, 1995 et 2005, on perçoit à quel point les crus bordelais ont évolué tout en conservant intacts des fondamentaux
de fraîcheur et d’équilibre.

Voir le sommaire d’En Magnum n°2 ici


Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENTAIRE

  1. On regrette vraiment que ça s’arrête après 13 min seulement 😉 On dirait que cet après-midi de dégustation était bien chargée. Ça me rassure que ces gars ne crachent pas toujours ce bon vin lors d’une dégustation et qu’ils finissent (comme tout le monde) en beauté… très belles prestation 🙂 (vraiment)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.