Pour la conduite de la vigne, la densité de plantation doit être de 6500 pieds par hectare avec un écartement entre les rangs inférieur ou égal à 1,50m et un écartement entre les pieds sur un même rang compris entre 0,90m et 1,10 m.
Les vignes sont taillées avec un maximum de 12 yeux francs par pied, soit en taille courte à courson avec un maximum de 5 coursons par pied, soit en taille Guyot simple ou double.
Pour la règle de palissage et la hauteur de feuillage les vignes taillées en Guyot, le fil de fer servant de liage des longs bois se trouve fixé à une hauteur minimale de 0,90 mètre au-dessus du sol. `
La charge maximale moyenne à la parcelle est de 7000 kilogrammes par hectare sur Gorges comme sur Clisson et Le Pallet, alors que sur les Muscadet non communaux elle s’élève à 10000 kilogrammes. Toutes les vignes présentent une charge à la parcelle régulière. Le titre alcoométrique volumique naturel minimum est de 11% alors que sur les Muscadet de Sèvre et Maine il ne représente que 10%. Quant au rendement butoir il est compris sur Gorges entre 45 et 50 hl/ha contre 55 à 66 sur les autres Muscadet.
Afin de préserver les caractéristiques du milieu physique et biologique qui constitue un élément fondamental du terroir, un couvert végétal est maintenu sur les tournières qui entourent les parcelles de vigne appartenant à l’aire parcellaire délimitée.

 

Les crus du Gorgeois généralement plus tardifs nécessitent souvent d’être vendangés après les autres, appréciant particulièrement les belles arrières-saisons.

Un élevage sur lies prolongé

Pour aller au-delà du mode cultural, on soigne particulièrement l’élevage sur lies fines 5 mois après leur fermentation jusqu’à leur embouteillage. Plus les vins restent ainsi, plus ils gagnent en raffinement de constitution. Ce procédé protège ainsi le vin de l’oxydation tout en lui apportant une fraîcheur et un perlant de bon aloi. Mais au-delà de 14 mois, la mention « sur lie » ne doit plus figurer sur l’étiquette, c’est l’un des paradoxes de la législation. A Gorges on élève longuement les crus en milieu réducteur sur leurs lies fines de vinification, au moins jusqu’au 1 er Novembre de la 2ème année qui suit celle de la récolte et se trouvent encore sur leurs lies fines de vinification au moment du conditionnement. Particulièrement bien codifié, ce procédé apporte rondeur, gras et complexité aromatique.

 

À SUIVRE > Lundi 1er février : La dégustation et les domaines

 

À LIRE > Muscadet sous l’égide de Saint-Martin> Les crus communaux, un remède à la crise> Michel Brégeon, l’icône de la jeune vague

 

©InterLoire


Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.