C’est une jolie histoire, une histoire de vieux compagnons qui, au soir de leurs vies, se retrouvent enfin par la grâce de la maison Lanson.

Roger Boulanger et Achille Muller sont tous deux nés à Forbach en Moselle. Ils grandissent dans la même rue et sont amis. En 1940, la Moselle compte parmi les trois départements français annexés par l’Allemagne nazie. Ils ont respectivement 14 et 15 ans ; leur vie en est bouleversée à tout jamais.

Achille Muller et Roger Boulanger
Achille Muller et Roger Boulanger

Le 14 juillet 1942, âgé de 17 ans, refusant d’être enrôlé dans les Jeunesses hitlériennes, Achille Muller quitte les siens pour un voyage à haut risque : il part à Londres à vélo pour s’engager au service de la France. Formé au parachutisme, il est engagé dans le Special Air Service (SAS) et participe aux manœuvres de la Libération.
Après 1945, il poursuit une carrière militaire. Depuis 2010, il donne des conférences sur la Seconde guerre mondiale dans des lycées et collèges béarnais.

En mai 1943, Roger Boulanger a 17 ans. Il refuse lui aussi d’être incorporé dans la Wehrmacht sous l’uniforme allemand. Interné à la prison de Sarreguemines, il est déporté au camp de Natzweiler-Struthof, puis transféré en Allemagne dans le camp de Flossenbürg. En avril 1945, il survit à l’évacuation des camps.
De retour en France, il s’enferme, comme la plupart de ses camarades déportés, dans un long et profond silence qui durera près de quarante ans.
Enfin, il décide de confronter ses souvenirs de déporté aux travaux des historiens et entreprend lui-même des recherches dans les archives allemandes. Depuis, il ne cesse de témoigner et de dialoguer avec les jeunes générations, à l’occasion de la préparation au Concours de la résistance et de la déportation, ou lors des nombreuses visites au Camp-mémorial du Struthof qu’il accompagne régulièrement.

Roger Boulanger et Achille Muller se sont rapidement aperçus en 1945 et ne se sont pas revus depuis.

ÉPILOGUE
a681Passionné d’histoire, Philippe BAIJOT lit, à quelques mois d’intervalle, le livre de Roger Boulanger, son ancien professeur d’allemand, et celui d’Achille Muller.
Il comprend alors le lien qui les unit.

Président de la maison de champagnes Lanson, Philippe BAIJOT a décidé d’organiser les retrouvailles d’Achille Muller et Roger Boulanger. Celles-ci ont eu lieu le mardi 30 août, jour du 72e anniversaire de la Libération de Reims, autour d’un magnum de champagne de 1926, ce qi correspond à peu près à leurs années de naissance. L’émotion était à son comble.

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.