C’est dans le magnifique cadre du palais Garnier que s’est déroulée la cinquantième édition du prix culinaire Le Taittinger, une session dédiée au premier de ses récipiendaires, le chef Michel Comby, alors en poste chez Lucas Carton. En 1967, c’est avec son Turbotin soufflé, mousseline de homard que la maison inaugurait le prix culinaire international qu’elle venait de lancer. Cette année, c’est autour de cette recette qu’elle a décidé de fêter les cinquante années d’existence de ce concours saluant l’excellence et un très haut niveau de savoir-faire qui fera bientôt l’objet d’un livre.
 
Placée sous la présidence d’honneur du vainqueur de 1970, Joël Robuchon, cette édition anniversaire avait donc pour thème : « Pour huit personnes, hommage à Michel Comby, premier lauréat du prix culinaire, sur l’esprit d’un Turbot à la Nantua. » Les candidats ont également travaillé sur une recette imposée (Tarte à l’orange). Présidé par Emmanuel Renault, le jury composé de quatorze chefs de renommée internationale* a jugé les prestations de chacun et Amandine Chaignot, chef du Rosewood à Londres et l’une des rares femmes avoir tenté “Le Taittinger”, a remis leurs prix aux lauréats.

Le chef français Julien Richard, premier sous-chef des cuisines de l’Île des Embiez, a été récompensé pour avoir réalisé un plat « à la beauté époustouflante, au goût parfait » qui a suscité les exclamations du jury

Le chef Julien Richard, vainqueur du prix Taittinger 2016. Photo Jean-Baptiste Delerue
Le chef Julien Richard, vainqueur du prix Taittinger 2016. Photo Jean-Baptiste Delerue

Devant un parterre d’invités qui réunissait entre autres trente-cinq des lauréats de ce prix, la médaille du Taittinger a été remise à Julien Richard par Paul Belmondo, petit-fils du sculpteur qui l’a signée il y a cinquante ans de cela. A ses côtés sur le podium, Nicolas Hensinger (Taverne du Mont d’Arbois, Megève) et Kenji Yoshimoto (Hôtel Intercontinental Tokyo Bay). Cet hommage rendu à la gastronomie a été accompagné par des voix d’artistes « choisis avec cœur » qui ont interprété des mélodies d’amour issues des répertoires lyriques et populaires et par des cuvées de Comtes de Champagne blanc de blancs et rosé millésimées 2006, année du rachat de la maison Taittinger par Pierre-Emmanuel Taittinger.

* Jean-Paul Bostoen, Auberge de l’Ill (Alsace) ; Gérard Boyer, ancien chef du restaurant Les Crayères (Reims) ; Michel Comby, premier lauréat du prix culinaire international Taittinger ; Stéphane Décotterd, Le Pont de Brent (Suisse) ; Guillaume Gomez, chef de l’Elysée ; Hiroshi Hojita, Mange Tout (Tokyo) ; Arnaud Lallement, L’Assiette Champenoise (Reims) ; Stéphanie Le Quellec, Prince de Galles (Paris) ; Christian Le Squer, Georges V (Paris) ; Régis Marcon, restaurant Régis & Jacques Marcon (Saint-Bonnet-le-Froid) ; Pierre Résimont, L’Eau Vive (Belgique) ; Michel Roth, Président Wilson (Genève) ; Michel Roux, Gavroche (Londres) ; Ulf Wagner, Sjömagasinet (Suède).

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.