Pâtés en croûte de chefs

0

Tradition oblige, la neuvième édition du championnat du monde de Pâté-Croûte se tiendra lundi prochain au sein de la maison M. Chapoutier (Tain l’Hermitage) qui renouvelle par là son engagement envers « la culture gastronomique française et ses terroirs » à travers ce produit synonyme de convivialité illustrant « l’excellence de la bistronomie française et authentique. » Partenaire de la compétition depuis 2011, la Maison envisage cette finale, qui réunira les douze candidats retenus lors des épreuves internationales (dont un sélectionné en Asie et un autre aux Etats-Unis), comme « un moment où règnent les valeurs importantes que défend Michel Chapoutier : plaisir, générosité et gourmandise. » Ce dernier estime que « toute la force et la subtilité du vin consiste à faire ressortir des saveurs, des arômes ou bien des épices que l’on ne devine pas forcément lorsque l’on déguste le pâté-croûte tout seul. »

L’édition 2017 du championnat qui lui est dédié sera donc à nouveau l’occasion d’alliances inédites entre les vins de la maison Chapoutier et les interprétations du pâté-croûte que proposeront les chefs en lice. Pour choisir la meilleure d’entre elles, le président du jury, Michel Roth, meilleur ouvrier de France (MOF) cuisinier et Bocuse d’Or 1991, sera entouré par Anne-Sophie Pic (Pic***), Jacques Henrio (MOF charcutier), Régis Marcon (Régis et Jacques Marcon***), Mathieu Vianney (MOF cuisinier, La Mère Brazier**), Daniel Leron (MOF cuisinier), François Adamski (Bocuse d’Or), Léa Linster (Bocuse d’Or), Stéphanie le Quellec (La Scène*), Dominique Loiseau (Bernard Loiseau**), Jean-Michel Carrette (Aux Terrasses*), Christophe Paucod (Lugdunum, bouchon lyonnais*, Tokyo), Karen Torosyan (champion du monde de Pâté-Croûte 2015), Chihiro Masui (auteur culinaire et journaliste japonaise), Luc Dubanchet (fondateur d’Omnivore) et Michel Chapoutier.

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here