Bourgogne : chez Albert Bichot, 2020 sera l’année du bio

0
Vins bio et bio-rencontres au programme du domaine du Clos Frantin à Nuits-Saint-Georges.

En apposant la mention de “vin biologique” sur les étiquettes des flacons de ses domaines de Côte-d’Or et de la côte chalonnaise, dont le millésime 2018 sort tout juste de cave, la maison indépendante et familiale implantée à Beaune depuis 1831 annonce concrétiser « une étape cruciale de son développement », point d’orgue d’une démarche environnementale entamée il y a près de vingt ans. En effet, après avoir travaillé ses vignes selon les principes de l’agriculture raisonnée durant les années 1990, la maison Albert Bichot a débuté la conversion progressive de ses parcelles au bio sous l’impulsion d’Alain Serveau, le directeur technique, et de Christophe Chauvel, arrivé au début des années 2000 en tant que régisseur des domaines de Côte-d’Or et de la côte chalonnaise (Domaine du Clos Frantin, Château-Gris, Domaine du Pavillon, Domaine Adélie).

Ce dernier précise qu’il ne faut pas négliger « les difficultés, coûts, contraintes, risques et imperfections » de la viticulture bio. «  Un long travail préparatoire et progressif, une bonne connaissance de ses terroirs, un sens de l’observation de tous les instants, sont autant de facteurs permettant la réussite. » En tout, près de quinze ans de réflexions et d’investissements matériels et humains pour aboutir à l’obtention du label “agriculture biologique” en 2014, suivi par celui de “vin biologique” en 2018, deux certifications menées par Ecocert. Si le premier n’avait pas donné lieu à un quelconque changement sur les étiquettes, le second s’affiche enfin. Un geste nécessaire, comme l’explique le président de la maison, Albéric Bichot : « Lorsque nos domaines ont été certifiés, nous avons choisi de ne pas mentionner le label sur nos étiquettes. Mais ces dernières années, les mentalités ont changé. Nos clients et prescripteurs perçoivent le label bio comme une véritable valeur ajoutée. »

Il n’en reste pas moins que le bio – qui concerne 35 hectares de vignes en propre (sur un total de 107), des achats de raisins certifiés et une gamme de vins forte de 47 étiquettes, cas unique en Bourgogne – n’est qu’un moyen parmi d’autres pour la maison Bichot d’envisager la viticulture durable. Sa démarche environnementale se poursuit sur l’ensemble de ses propriétés, en particulier au Domaine Long-Depaquit (Chablis), récemment récipiendaire certification HVE. Pour terminer, précisons que le domaine du Clos Frantin à Nuits-Saint-Georges (photo ci-dessus) servira de cadre aux “bio-rencontres” qui se tiendront le 10 mars prochain, en marge de l’édition 2020 des rencontre internationales Les Grands Jours de Bourgogne. Plus de 800 professionnels y sont attendus pour déguster les cuvées de plus de 90 vignerons en bio et biodynamie de Bourgogne-Franche-Comté.

Les chiffres clés de la viticulture bio en Bourgogne-Franche-Comté :

Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.