Jacques Sallé, l’esprit libre

1

Jacques Sallé, qui nous a quitté le 10 janvier dernier à l’âge de 73 ans, fit partager avec talent et élégance l’amour des bons vins aux amateurs et aux professionnels dans la période clé des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix. Il fut d’abord courtier en Angleterre, puis se mit à l’écriture avec des encyclopédies remarquées sous la signature fameuse du Larousse (des vins puis des alcools), et la création pleine de panache de deux beaux magazines, Amphore et Vintage. Avec ce même panache, il décida au tournant du millénaire de mettre en pratique son idée du grand vin : ce fut Silice, une magnifique expression d’une appellation qui lui était chère, Quincy. Un vin pur et droit, portant la minéralité de son nom en symbole d’expression. Là aussi, ce franc-tireur était en avance sur son temps et définissait les canons du vin blanc du XXIe siècle. Au-delà de cette carrière, il y avait l’homme : séduisant, attachant et surtout libre. Au revoir, Jacques, tu nous manqueras. (Photo : presse)

Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENTAIRE

  1. jacques Sallé fût un météore dans notre vignoble.
    Il avait parfaitement compris et défini l’originalité des terroirs de graves de Quincy.
    Mais sa pratique viticole ne fût pas à la hauteur de ses ambitions et ne lui permis pas de construire un domaine durable.
    Il a montré que ce terroir de Quincy dispose d’un beau potentiel ,pour élaborer des vins singuliers et de beaux vins de garde.
    les hommes passent ,et les vignes restent ,disait Claude Lafond …

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.