Eric Beaumard, le sommelier fait chevalier

0
©CleoEsperandieu

Plus de deux cents amis et clients proches ont assisté la semaine dernière à la remise de la plus haute distinction française au chef sommelier Eric Beaumard, qui officie depuis 19 ans au sein de l’hôtel George V, dont il dirige le restaurant trois-étoiles Le Cinq. Remise au nom du chef de l’Etat par François Pinault, cette Légion d’honneur venant récompenser les 41 années de service et le parcours hors du commun de celui qui se destinait à la gastronomie a donné lieu à une « émouvante cérémonie. »

« Originaire de Bretagne, c’est à ses grands-parents qu’Éric Beaumard doit son intérêt pour la gastronomie. Il débute sa carrière de cuisinier comme commis avant qu’un accident de moto ne le prive de l’usage de son bras droit. Après plusieurs mois de convalescence, il retrouve le chemin des cuisines aux Maisons de Bricourt à Cancale : “Je m’étais fait moi-même mes propres outils pour cuisiner”. Mais son bras droit, insensible, ne ressent ni les douleurs ni les brûlures. Sur les conseils d’Olivier Roellinger, il accepte le cœur lourd d’abandonner ses rêves culinaires et de s’orienter vers le métier de sommelier. Une nouvelle passion naît, un nouveau talent également. Avec comme seules ressources une allocation adulte handicapé et une motivation hors du commun, il ne cesse d’étudier l’Art du vin seul, arpentant la vigne au cours de stages en vinification et en œnologie, et présentant son premier concours à peine daux ans plus tard. “J’avais besoin des concours pour travailler, pour essayer de faire comprendre que je pouvais me débrouiller tout seul avec un bras. Il faut être têtu !”, reconnaît cet autodidacte à l’oeil pétillant et au rire communicatif. Il devient Meilleur jeune sommelier de France en 1987, puis Meilleur sommelier de France en 1992 et d’Europe, deux ans plus tard. »

En 1997, lors de son achat par le groupe Four Seasons, le George V ferme pour deux ans de travaux. Sa cave ne compte qu’une trentaine de bouteilles et le sommelier se voit chargé d’en reconstituer la grandeur. Aujourd’hui à la tête d’une équipe de 48 personnes et d’une cave de 50 000 cols constituée par ses soins, Eric Beaumard a trouvé le temps de partager quelques jalons de ce beau parcours dans un livre intitulé Les vins de ma vie (Edition La Martinière, 2015) dont nous vous avions parlé ici lors de sa sortie.

©CleoEsperandieu
Print Friendly, PDF & Email

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here